publicité

Les taxicos menacent de perturber le démarrage du TCSP

L'Union Syndicale des Entrepreneurs de Transports (USET), annonce une grève illimitée incessamment sous peu, si les autorités ne revoient pas rapidement l'organisation du transport public (terrestre et maritime).

Richard Marie-Reine, président de l'USET. © Guy Etienne
© Guy Etienne Richard Marie-Reine, président de l'USET.
  • Par Guy Etienne
  • Publié le
À quelques jours de la mise en service effective du Transport en Commun en Site Propre (TCSP), annoncée officiellement pour le 13 août prochain par le président du conseil exécutif de la CTM, les taxis collectifs affiliés au syndicat USET (Union Syndicale des Entrepreneurs de Transports), ne l'entendent pas de cette oreille.
 
Ils estiment être lésés, en dépit des 80 000 euros d'indemnisation acceptés par certains chauffeurs. L'USET annonce donc une grève illimitée incessamment sous peu, si les autorités ne revoient pas rapidement l'organisation du transport public (terrestre et maritime).
 
Un tract a d'ailleurs été distribué sur le parking de la Pointe-Simon à Fort-de-France hier mardi (7 août 2018), car pour Richard Marie-Reine, le président de l'USET, rien n'est réglé à ce jour.

USET vs TCSP

Les professionnels de la route réclament le droit de continuer à exercer dans de meilleures conditions et une indemnisation à hauteur de 150 000 euros, pour ceux d'entre eux qui souhaitent arrêter l'activité.
 
Selon Gérard Almont (membre de l'USET), cette situation est la conséquence d'une absence de dialogue de la part de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique), d'où les difficultés financières de la plupart des chauffeurs.

Dettes taxicos

La ligne maritime installée depuis un peu plus d'un entre Case-Pilote et Fort-de-France est aussi montrée du doigt par le syndicat. Conséquences pour le chauffeur Charles Babin : Il a été obligé de changer de ligne, en raison selon lui, de la concurrence de la navette maritime dans sa commune d'origine.

Chauffeur C. Pilote

Rappelons que les taxis de places sont eux aussi mécontents. Des artisans qui revendiquent de leur côté (comme les taxicos), l'autorisation d'emprunter les couloirs spécifiques réservés au BHNS (Bus à Haut Niveau de Service).

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play