Les déodorants sont soupçonnés de favoriser le cancer du sein

cancer
Spray
Vaporisateur- Déodorant ©Sayantani Ghosh dastidar de Pixabay
Des scientifiques suisses ont publié une étude qui montre que les déodorants sont cancérigènes. Plusieurs recherches ont déjà été menées.

Cependant le lien de causalité, entre le cancer du sein et les déodorants n’a jamais été établi.

Pour Monique, 66 ans, il ne fait aucun doute que les déodorants sont un danger pour la santé. Il y a une dizaine d’années, elle aurait évité le cancer du sein, de peu. Mais elle a développé des tumeurs causées, selon elle, par les déodorants.

Elle a effectué des analyses. Les glandes se sont révélées bénignes. Depuis, Monique se tourne vers des solutions naturelles, pour remplacer les déodorants.

Témoignage de Monique

Selon le docteur Alexis Vallard, oncologue et radiothérapeute au Centre Hospitalier Universitaire de Martinique (CHUM) il faut faire appliquer le principe de précaution et limiter l’utilisation des déodorants.

Alexis Vallard

Depuis plusieurs années déjà, les déodorants sont soupçonnés de favoriser le cancer du sein.
Plusieurs études scientifiques ont déjà été publiées. La dernière remonte à septembre 2021.
Elle a été réalisée par des chercheurs suisses, sur des hamsters.Ils en ont conclu que les sels d’aluminium, contenus dans les déodorants, sont cancérigènes et donc, nocifs.


L'Union Européenne se veut rassurante

 

En 2011, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a estimé que les études chez l’animal n’ont pas pu mettre en évidence de lien entre le cancer du sein et l’exposition à l’aluminium par voie cutanée.
Mais elle a fait jouer le principe de précaution, en proposant une restriction de la concentration en aluminium à 0,6 % dans les déodorants.

En 2020, l’Union Européenne a estimé que les déodorants ne constituent pas une menace pour la santé, à condition que la concentration en sels d’aluminium soit inférieure à 10.25% pour les sprays et 6.25% pour les autres déodorants.