Les députés de Martinique Josette Manin et Manuela Kéclard-Mondésir sont contre le pass vaccinal

politique
61d217fa8a3b1_manin-mondesir.jpg
Josette Manin et Manuéla Keclard-Mondesir ©Facebook Josette Manin / Manuéla Mondesir
La députée du Centre et celle du Nord affirment haut et fort leur opposition à la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal. Elles voteront contre le projet de loi examiné à compter de ce lundi 3 janvier 2022 à l'Assemblée Nationale.

Le parlement examine cette semaine le projet de loi visant à transformer le pass sanitaire en pass vaccinal. Sur ce sujet, la parole est aux députés, dès ce lundi 3 janvier 2022, puisque le texte vient à l’Assemblée Nationale avant de passer devant les sénateurs en milieu de semaine.

Le gouvernement souhaite mettre en application les dispositions prévues, dès le 15 janvier 2022.

Sur ce dossier, les députés de Martinique sont unanimes. Ils sont opposés à ce qu’il faut bien qualifier d’obligation vaccinale qui ne dit pas son nom.

Je suis tout à fait contre ce pass vaccinal. Ce pass qui est devenu une atteinte à l'État de droit. Je le dis comme je le pense, une atteinte à la liberté de l'homme. Une atteinte à la liberté de penser et d'agir. Donc je suis tout à fait contre. 

Josette Manin

Ecoutez Josette Manin, la députée du centre. 

Josette Manin (Pass vaccinal)

Manuela Kéclard-Mondésir, la députée du Nord est également opposée à ce projet de loi et votera en conséquence. 

Avec mon groupe parlementaire, nous y sommes opposés et je voterai contre ce projet de loi qui a pour but de transformer le pass sanitaire en pass vaccinal. La principale raison est que contrairement à ce qui avait été dit par le Président de la République c'est l'introduction dans la loi cette notion d'obligation vaccinale pour accéder à certaines activités, à certains services publics. Et selon moi, passer en force à travers une obligation ne crée pas forcément l'adhésion de la population.  

Ecoutez Manuela Kéclard-Mondésir, la députée du Nord. 

Manuela Kéclard-Mondésir (Pass vaccinal)

Le ministre de la Santé a déclaré qu'il y aura possibilité de décaler l’application de ce pass vaccinal en outremer et que soit arrêté une date en concertation entre l’état et les élus locaux.