Les élections prévues en juin 2021 auront-elles vraiment lieu ?

politique
Electeurs dans un bureau de vote
Des électeurs devant un bureau de vote à Saint-Joseph (2nd tour des municipales - juin 2020) ©Jean-Claude Samyde

Les élections territoriales pourraient être reportées. L’hypothèse se profile, l’épidémie ne baissant pas en intensité. Le chef de l’État reçoit ses opposants à ce sujet ce mercredi 31 mars 2021

Le conseil scientifique a rendu lundi 29 mars 2021 son avis, très attendu, sur un nouveau report éventuel des élections régionales, départementales et territoriales. Il n'a pas tranché. A quelques mots près, l’’information est largement partagée dans la presse. Le conseil scientifique national édicte dans ce document quelques recommandations sur la manière d’organiser la campagne électorale.

Cependant, il estime que repousser les élections au mois de septembre est moins risqué si la campagne de vaccination s'amplifie. Et ce, même si un rebond de l'épidémie n'est à exclure à ce moment-là. En clair, rien n‘est certain. Le conseil rappelle aussi ses consignes d’ordre sanitaire sur les conditions optimales pour tenir les bureaux de vote.

Il rappelle aussi ses consignes d’ordre sanitaire sur les conditions optimales pour tenir les bureaux de vote. Ce cénacle d’experts chargé d’éclairer le pouvoir exécutif sur la gestion de la crise sanitaire estime qu’il est possible d’observer une certaine prudence afin de casser les chaînes de contamination par le virus.

Rien n’est acté pour un nouveau report

 

Son rôle se limite à envisager une palette d’hypothèses selon l’intensité de la circulation du Covid-19. Il n’émet donc aucune proposition portant sur le calendrier électoral. Les conseillers ne sont pas les décideurs. Les destinataires du rapport, le chef de l’Etat et le Premier ministre vont le transmettre aux sénateurs et aux députés en l’accompagnant de leur souhait quant aux nouvelles dates.

A condition qu’ils souhaitent les modifier. Ceci n’est pas acté. La décision de l’exécutif sera connue à l’issue d’une série de rencontres avec les principales forces politiques. Un ténor de l’opposition, refroidie par la controverse sur le report des municipales, confie à notre consoeur de France 2 Valérie Astruc : « Puisqu'Emmanuel Macron appelle à vivre avec le virus, il faut voter avec le virus, autrement dit maintenir les élections régionales en juin prochain ».

L'exécutif propose, le Parlement dispose

 

Si un nouveau calendrier devait être adopté, c’est au Parlement qu’il reviendrait de le décider. Au lieu de s’en étonner, il convient de se féliciter du fait que le conseil scientifique laisse au pouvoir la pleine responsabilité de décider d’organiser comme il l’entend ce cycle électoral.

Quelle que soit la décision, elle sera contestée sur un bord ou un autre de l’échiquier politique. Et cela parce qu’elle révèle une question insoluble. Les uns demanderont comment organiser des élections sans menacer la santé de la population.

Les autres voudront savoir comment reporter ces échéances sans bafouer la vie démocratique. Le seul qui dispose de la réponse satisfaisante est désormais bien connu. Il a pour nom : Covid-19.