Les États-Unis et le Guyana signent un accord de coopération militaire dans un contexte de tension régionale

venezuela
Guyana Craig Faller Brigadier Godfrey Bess
Au Guyana, le Brigadier Godfrey Bess (à gauche) signe des accords de coopération avec l'amiral américain Craig Faller. ©facebook

L’amiral américain Craig Faller s’est rendu au Guyana pour signer un accord sur le renforcement d’aide militaire pour maintenir la souveraineté et la sécurité. Cet accord intervient après la déclaration du président du Venezuela de reconquérir une partie du territoire guyanien.  
 

Les États-Unis démarrent une nouvelle opération dans plusieurs pays d’Amérique du Sud pour combattre la pêche illégale, selon des communiqués à caracatère officiel. Le gouvernement du Guyana affirme que la pêche illégale est un vrai problème dont les coupables viendraient des pays voisins.

Pour mener ces opérations, la marine américaine a déployé le navire du garde-côte, WMSL758 Stone. Il s’agit de son premier déploiement. Le bateau est sorti des chantiers navals en novembre 2020.

Garde-côte Stone
Le navire Stone du garde-côte américain. ©twitter

 

Les accords de coopération militaire

 

Le 11 janvier 2021, à la suite de ces opérations, l’amiral Craig Faller du commandement de la région sud, s’est rendu au Guyana pour signer les accords bilatéraux pour le renforcement des liens militaires entre les deux pays.

Cet accord intervient quelques jours après la déclaration du président du Venezuela, Nicolas Maduro de reconquérir les deux tiers du territoire guyanais. Depuis des décennies, Caracas revendique la souveraineté de cette zone, riche en pétrole et en or.

Ce nouvel accord entre le Guyana et les États-Unis sert à renforcer les relations militaires pour le maintien de la souveraineté et de la sécurité dans la région. Les deux pays s’engagent à collaborer en cas de menace. Les États-Unis vont former les militaires du Guyana et apporter des aides techniques.

L'armée des USA pour combattre le narcotrafic et "d’autres activités illégales"... 

 

Le Guyana a également signé le Shiprider Agreement, un accord controversé créé en 1997, qui autorise la marine et l’armée de l’air des États-Unis à pénétrer dans des eaux et des espaces aériens des pays signataires de la Caraïbe. Leur mission est d'effectuer les arrestations et des saisies de vaisseaux suspectés de narcotrafic.

Le Shiprider Agreement ne donne aucune réciprocité aux pays caribéens. Les officiers américains qui auraient outrepassé leurs mandats bénéficiaient d’une immunité totale.

Washington a dépoussiéré cet accord au Guyana. Désormais les États-Unis sont autorisés, dans des opérations conjointes, à combattre le narcotrafic et "d’autres activités illégales" dans les eaux territoriales du Guyana où se trouvent les puits pétroliers appartenant aux intérêts américains.