Les graffeurs martiniquais Oshea et Xan reviennent du Bénin

art
graff
Oshea et Xan au festival graff arrivent à l'aéroport international du Benin ©yevedo
Les graffeurs martiniquais Oshea, de son vrai nom Sébastien Dométile et Nuxuno Xan dit Xan, reviennent du Bénin à l’invitation du Festival Effect Art. 27 graffeurs internationaux se sont donnés à cœur joie faisant parler leurs pinceaux dans le cadre d’un pari culturel audacieux : réaliser le plus grand mur sur un 1km 300 à Cotonou, la capitale du pays.

Après le record du mur de graffitis le plus long d’Afrique acquis en 2021, le festival "Effet Graff" du Bénin se lance un autre défi, celui du mur le plus long sur un kilomètre 300 faisant du pays l'une des références en Afrique en matière de graffitis et d'art urbain. 

Les organisateurs ont comme objectif 1km 300 de tags et de peintures originales jusqu’en fin d’année afin de battre le record de la plus longue fresque graffiti du monde. 

27 artistes internationaux parmi lesquels les graffeurs martiniquais Oshea de son vrai nom Sébastien Dométile et Xan (Nuxuxo Xan), ont œuvré pour la réalisation de ce défi. Les deux Martiniquais ont été reçus par Colline Lee-Toumson (Antillaise) chargée de mission à la Présidence du Bénin.

graffiti
Colline Lee-Toumson chargée de mission à la Présidence du Bénin reçoit les graffeurs durant le festival EFFECT graff ©Yevedo photo

Une récompense pour des artistes confirmés

Comment ne pas garder un souvenir impérissable d'un collectif créateur dans un pays qui n'est pas à son coup d'essai.

Initié par Laurenson Djihouessi, "Mr Stone" de son nom d’artiste, le graffiti est un art porteur au Bénin, c'est aussi  un moment de partage autour d’une histoire et de la création.  

Oshea, et Xan ont travaillé aux côtés de l’artiste brésilien Ed-Mun, Edgar Bernardo Dos Santos, mais aussi avec des graffeurs du Ghana, du Sénégal, de Belgique, du Bénin comme Lionel Attéré, Drusille Fagnibo.

Ce projet démentiel demeure l’histoire du Bénin nouveau en cours de construction dans lequel traditions et modernités se conjuguent harmonieusement. 

Qui est Sébastien Dométile dit  Oshea ?

Le Martiniquais Sébastien Dométile s’est imprégné dès son adolescence de la culture du Street art et réalise sa première fresque à 14 ans. En 1991, il découvre l’univers du graffiti de Mode 2, un des premiers peintres de rue, issu de la culture Hip Hop.  

Oshea décide d’en faire son métier. De 1999 à 2004, il se spécialise en graphisme-multimédias à l’Institut Régional d’Arts visuels de la Martinique avant  de poursuivre sa formation technique et esthétique au sein d’Objectif 3D à Montpellier, école spécialisée en image de synthèse 3D.

J’ai entamé une démarche d’approfondissement culturel et artistique de mon aire géographique et archipélique, la Martinique et la Caraïbe. Cela m’a permis de redécouvrir des œuvres littéraires et artistiques emblématiques et de me réapproprier des legs culturels traditionnels et patrimoniaux afin de les transposer dans un langage urbain et contemporain

Oshea graffeur martiniquais

Ce pèlerinage initiatique lui a permis de redécouvrir l’œuvre de Kokkho René-Corail, qui se révèle à ses yeux le premier artiste de rue.

Les graffeurs constituent une grande famile ©yvedo

Xan son comparse, propose des fresques colorées renvoyant à la culture populaire locale et mondiale. Ces deux graffeurs martiniquais multiplient les expérimentations en valorisant l’identité créole ouverte sur le monde.