"Les personnes recommencent à se serrer la main ou à se faire la bise" et les contaminations de coronavirus remontent en Martinique

coronavirus
Hôpital
L'entrée du principal hôpital de Martinique. ©Martinique la 1ère
Le taux d'incidence qui mesure la circulation du coronavirus est en hausse après 8 semaines consécutives de baisse en Martinique. Les autorités de santé s'en inquiètent.

Pour la première fois depuis deux mois, le nombre de contaminations à la covid 19 est reparti à la hausse en Martinique. Un inversement de tendance observé de près par les autorités sanitaires, quelques jours après l'assouplissement des mesures de confinement.

Reportage de Delphine Bez et Patrick Guitteaud.

Nous sommes très préoccupés par l'arrêt de la décroissance de l'épidémie. Nous avons un taux d'incidence de 151 (au 13 octobre 2021) c'est presque ce que nous avons connu comme pic lors des vagues précédentes.

 

Il y a beaucoup de diminution par rapport au pic de la 4e vague observée en août 2021, mais nous sommes à un niveau de circulation très élevé avec toujours une pression très importante sur l'hôpital. Encore beaucoup de lits de soins critiques ouverts. Beaucoup de patients hospitalisés.

 

Ce qui nous préoccupe aussi, c'est que cette légère reprise se voit en particulier chez les personnes les plus jeunes. On constate, malgré les restrictions la reprise de festivités et donc de rassemblements et ça nous rappelle beaucoup ce qui s'est passé en juin et en février 2021.

 

On sait que le variant Delta est majoritaire à la Martinique. Il se transmet très très vite. Et donc pour toutes ces raisons, nous sommes très préoccupés.

André Cabié infectiologue au CHU de Martinique

 

L'assouplissement récent des mesures de confinement nécessite une prudence accrue de la population.

On voit que des personnes recommencent à se serrer la main ou à se faire la bise, j'en appelle à la plus grande vigilance. Il faut continuer à respecter les gestes barrières, continuer à porter le masques, continuer à respecter les mesures de distanciation et en arriver à un niveau d’immunité plus important par la vaccination.

Olivier Coudin, directeur adjoint de l'Agence Régionale de Santé

Il faut attendre la semaine prochaine pour confirmer ou non l'aggravation de la situation en Martinique.