martinique
info locale

Les Ruraliades à Ducos : Découvrir les jeux d'une autre génération

loisirs
Arbalète ruraliades
Adresse et précision, deux qualités indispensables pour réussir à l'épreuve de l'arbalète. ©LAV
Ce sont leurs Jeux Olympiques à eux. La neuvième édition des Ruraliades s'est déroulée ce lundi (15 août) à Ducos. Il s’agit d’un grand tournoi d’épreuves sportives, qui s’inspirent de nos jeux traditionnels.
Les enfants restés sur le banc encouragent leurs camarades en plein effort. Ce lundi (15 août), pour la neuvième fois, quatre équipes se disputent la victoire finale sur ces Ruraliades, sorte de jeux de la ruralité. "Il s'agit d'une tradition que l'on perpétue depuis de très nombreuses années", explique Jean-Jacques Toussaint, président du Foyer rural de Vaudrancourt-Lourdes, à Ducos.

Chaque équipe représente un quartier de la commune. Et comme dans les grandes compétitions sportives, elle arbore chacune ses couleurs : le jaune pour Cosmos (La Bobie), le rouge pour Jarry (Lourdes), le vert pour Bataillon (Vaudrancourt) et l'orange pour Racing (Cécillon). Dans chaque groupe, une dizaine de valeureux athlètes.


Des compétiteurs très jeunes

La moyenne d'âge est d'une vingtaine d'années environ mais certains sont très jeunes. "J'ai fait puzzle et tir à la corde", raconte Soline, 11 ans et demi, de Bataillon, qui découvre des activités d'une autre génération. "Il y a des jeux que je ne connaissais pas, combat de yoyo par exemple". 
"Le principe de cette épreuve, c'est d'essayer de couper le fil de l'adversaire", explique Jean-François de Jarry, qui s'était essayé au yoyo, l'année dernière. "Dès que tu commences à le manier, ça vient tout seul". 

De nombreux jeux sont fabriqués avec du matériel de récupération, comme le yoyo ou l'arbalète. Là aussi, c’est l’expérience qui prime. Le champion s'appelle Jean-Louis, de l'équipe Bataillon. À 44 ans, il est bien plus âgé que les autres. "C'est peut-être pour cela que je gagne. J'ai l'expérience de ma jeunesse. On en a fait quand on était petit. Je pense que cela reste". "Ça me rappelle mon enfance", commente Pierre qui fait office d'arbitre et qui note scrupuleusement les résultats des épreuves sur son bloc-notes. "C'est une bonne chose histoire de leur faire revivre ce que l'on a pu faire quand on était jeune".

Une vingtaine d'épreuves

Au total, il y avait une vingtaine d'épreuves comme le lancer franc, le bras de fer, la course, le frisbee ou encore l'épreuve de force où il fallait courir avec un bidon d'eau de 30 litres.
Mais comme souvent, les jeunes n’ont d’yeux que pour un seul sport. "Aujourd'hui, j'étais prêt uniquement pour le football", glisse Derek, 23 ans, sûr de remporter le tournoi de football. "C'est le sport roi", reconnaît Jean-Jacques Toussaint. "On ne peut pas leur en vouloir. On a organisé ce championnat pour eux". À la fin, des trophées sont remis aux champions. Mais comme dit l’adage, l’important, c’est de participer.