Les vaccins cubains contre la Covid-19 bientôt disponibles aux Antilles ?

coronavirus
vaccin cubain
Une fiole du candidat vaccin cubain contre le Covid-19 nommé Sobrena 02, à La Havane, à Cuba, le 31 mars 2021. (JORGE LUIS BANOS / AFP) ©AFP
La campagne de vaccination à Cuba prend un nouvel essor. Désormais, deux formules sont administrées à la population. Le gouvernement compte terminer cette campagne d’ici à la fin de l’année.

Un nouveau vaccin vient d’être autorisé par les autorités sanitaires de Cuba, le Soberana-2. Il est administré en trois doses, comme le vaccin Abdala, utilisé depuis le mois de juin 2021. Ces deux vaccins ont été conçus par le Centre d’ingénierie génétique et de biotechnologie, appelé aussi Institut Finlay.

Soberana et Abdala sont des vaccins à virus atténué ou diminués, comme la plupart des vaccins. De manière classique, ils sont composés d’une séquence du virus Covid-19 rendue inoffensive en laboratoire. Il se distingue des vaccins composés d’un brin d’ARN-messager.

Vaccin cubain Abdala
Le vaccin cubain Abdala. ©Centro de Ingeniería Genética y Biotecnología

Quatre pays aux régimes politiques différents ont déjà passé commande du vaccin Abdala : l’Iran, le Vietnam, l’Argentine et le Venezuéla. Il sera fabriqué sous licence dans ce pays. Les autorités de La Havane assurent être en pourparlers avec de nombreux gouvernements pour exporter des doses dans le monde entier.

Un vaccin efficace à 92%


Selon ses promoteurs de l’Institut Finlay, Abdala est efficace à 92%. Ce premier vaccin contre le coronavirus conçu et produit en Amérique latine pourrait être bientôt disponible dans certains pays de la Caraïbe. Il reste à savoir s’il le sera également en Guadeloupe et en Martinique. Sa conception serait, éventuellement, de nature à rassurer ceux qui craignent les vaccins à ARN-messager.

La coopération sanitaire avec Cuba est déjà une réalité tangible, comme l’a montré la mission effectuée par 15 médecins de ce pays durant trois mois en Martinique. Une action demandé par le CHUM et la clinique Saint-Paul, validée par l’Agence Régionale de Santé et appuyée par la Collectivité Territoriale de Martinique.

Pourtant, l’achat de vaccins en provenance de Cuba risque de susciter des réticences de la part de nos autorités sanitaires et de nos institutions politiques. Sachant que la stratégie vaccinale est du ressort de l’État, il serait surprenant que le ministre de la Santé et que la CTM prennent l’initiative d’importer les vaccins Soberana-2 et Abdala, pourtant fabriqués dans notre proche voisinage.