Les voyants du transport aérien sont au rouge depuis un an en Martinique et au vert pour le fret et La Poste

internet
Avion cargo
Avion assurant le fret (illustration). ©HeungSoon de Pixabay

L'aéroport de Martinique Aimé Césaire enregistre une perte de -58,13% du trafic passagers au 1er trimestre 2021. Le fret et La Poste tirent leurs épingles du jeu grâce aux commandes sur internet depuis la fermeture des commerces dits non-essentiels. 

Une chute vertigineuse des passagers sur l'ensemble du 1er trimestre 2021, -58,13%, transit inclus, est enregistrée à l'aéroport Aimé Césaire. 

Comparativement à la même période l'année dernière, les restrictions sanitaires affichent une note salée. Le prix à payer pour freiner la propagation du coronavirus depuis un an. 

De 224 049 passagers transportés en mars 2019, le trafic est passé à 123 146 en mars 2020, soit un recul de -45,04%.

En 2021, sur le seul mois de mars, le trafic global des passagers de l’aéroport Martinique Aimé Césaire a enregistré une baisse de -72,14% par rapport à Mars 2020.

Le trafic national recule de -71,08% sur le mois de mars 2021 avec 31 352 passagers transportés sur ce seul segment contre 108 404 en Mars 2020.


Les rotations Guyane-Guadeloupe en chute libre 

 

Avec 1 361 passagers transportés, le segment Guyane recule de -63,03% par rapport à mars 2020. Le segment Guadeloupe affiche un résultat de -42,97% de fréquentation.

Trafic au point mort entre la Belgique et la Martinique 

 

Le trafic international subit également les conséquences des mesures sanitaires : la fermeture des frontières notamment sur le segment Amérique du Nord ou encore l’arrêt temporaire des dessertes entre la Belgique et la Martinique (segment Europe) conduisent à un trafic au point mort au mois de mars 2021.

Le fret et La Poste tirent leurs épingles du jeu

 

En revanche, les voyants sont au vert pour les segments fret et Poste qui affichent respectivement +46,28% et +59,90% au mois de Mars 2021 par rapport à mars 2020.

En effet, l’arrêt brutal des activités aériennes dès le 16 mars 2020 a entraîné une chute du trafic et par conséquent des capacités en soute.

Cette année, ces deux secteurs seraient davantage sollicités depuis la fermeture des commerces non-essentiels et l’accroissement des achats sur internet (import Poste : +75,97%) et l’exportation de marchandises notamment alimentaires et médicales (export fret : +69,73%).