Leslie, une mère martiniquaise tue ses deux filles avant de mettre fin à ses jours à Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne)

faits divers
Le bâtiment du drame
Le bâtiment ou s'est déroulé le drame. ©Outre mer la 1ère

Un double infanticide s’est produit dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 mai 2021 à Saint-Germain-lès-Arpajon. Une mère ainsi que ses deux filles de 8 ans et 8 mois ont été retrouvées mortes dans leur appartement. Une enquête est confiée à la sûreté départementale de l’Essonne.

Les policiers et les sapeurs-pompiers ont été appelé vers 1 heure du matin (dimanche 16 mai 2021) pour une intervention dans un immeuble de la rue Salvador Allendé. Quelques instants plus tôt, une femme d'origine martiniquaise venait d’envoyer un SMS à une de ses amies, lui indiquant qu’elle souhaitait mettre fin à ses jours.

Une fois sur place, après avoir défoncé la porte d'entrée, policiers et pompiers ont découvert les corps sans vie de trois personnes. Lyannah, âgée d’environ huit ans, gisait dans une flaque de sang dans l’entrée de l’appartement tandis que sa mère, Leslie, était allongée, sans vie, dans sa chambre. À ses côtés, le corps de sa deuxième fille âgée d’environ huit mois. 

Une joie de vivre

 

Agée de 30 ans, Leslie était chauffeur de bus à la RATP sur une ligne importante à Paris. Elle s'est installée au quatrième et dernier étage dans la résidence de la rue Salvador Aliendé à Saint-Germain-lès-Arpajon, il y a quatre ans avec sa fille Lyannah. Elle entretenait de bon rapport avec tout le monde, n'hésitant pas à faire découvrir certains plats de sa région. Ses voisins décrivent une femme de 30 ans, sociable et dont l’attitude ne laissait pas présager un tel geste. L’incompréhension semble être totale dans le voisinage.

L'équipe de reportage de la 1ère a rencontré quelques personnes de son entourage. Ils refusent de croire à l’infanticide. ils assurent qu’elle était une mère aimante mais n’ont pas souhaité témoigner. 

Kessi Weishaupt, journaliste à Outre-mer la 1ère :

L'enquête est confiée à la sûreté départementale pour meurtres par ascendant sur mineures de moins de 15 ans. Les policiers sont chargés de poursuivre les investigations pour connaître les circonstances exactes qui ont mené à ce drame familial.