Lueur d'espoir dans le dossier de la pollution au chlordécone.

chlordécone
©Outre-mer la 1ère
Des scientifiques du CIRAD de Martinique, de Guadeloupe et de Montpellier ont procédé à de nouvelles études avec des méthodes plus modernes. Les analyses de sols pollués par le pesticide, montrent que la décontamination s’effectue quatre fois plus vite que les projections initiales des scientifiques.

C'est une importante nouvelle dans la lutte contre le chlordécone. Les anciennes études sur ce pesticide laissaient entendre qu'il resterait dans les sols pendant des siècles.

Des scientifiques du CIRAD associés à d’autres du Museum d’Histoire Naturelle, ont procédé à de nouvelles études. Ils évoquent désormais une dépollution plus rapide. 

Suite aux dernières mesures, les scientifiques avancent désormais 2070 comme date de décontamination possible.