La majorité de la CTM vote "un budget de rigueur"

collectivité territoriale de martinique
Élus de la CTM
La majorité de la CTM vote le budget 2018 (mardi 3 avril 2018) ©CTM
La majorité de l'assemblée de la CTM adopte un budget primitif 2018 d’un montant de 1 096 341 757 € (31 pour, 15 contre et 1 abstention). L'opposition vote contre et parle de budget d'austérité.
Après les longues interventions de l'opposition qui parle "d'austérité" et de la majorité qui évoque "le courage et la rigueur", les élus de l'assemblée de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) ont voté le budget 2018 mardi soir, 3 avril 2018, à 23h07. (31 voix pour, 15 contre et 1 abstention (Justin Pamphile, LREM*).

1 096 341 757 € en 2018


Le budget primitif, constitué à 72% des aides de l'État, est d’un montant en 2018 de 1 096 341 757 €, (diminution d’un peu plus de 10 millions par rapport à 2017). 



Voir le détail du budget.

Budget CTM 2018

Ce budget permet entre autres de tenter de soutenir le développement économique. De prendre en compte 402,7 M€ au titre de l’aide sociale, dont près de 70% pour le RSA (revenu de solidarité active), l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) et la PCH (prestation de compensation du handicap).

Divergences habituelles


La majorité a passé son temps à démontrer que si elle adopte un budget en baisse cette année c'est à cause de "l'héritage du passé". Le conseiller exécutif Miguel Laventure, chargé notamment des affaires financières et budgétaires, précise que l'héritage est à la fois celui des promesses non tenues de l'État et des collectivités qui ont précédé la CTM.

La droite se démarque...mais vote le budget


Les élus de la droite martiniquaise, membres de la majorité de l'assemblée manifestent timidement. Karine Mousseau, par exemple, ne digère toujours pas la diminution du budget du tourisme. "Non au coup de frein brutal", a-t-elle déclaré sous les yeux réprobateurs des autres alliés de la majorité. "Nous votons ce budget, mais espérons une prise en compte de nos propositions dans le sens du développement économique lors des prochaines modifications budgétaires", souhaite Yan Monplaisir, le porte-parole de cette droite qui veut s'exprimer en faisant très attention à ses propos...

 

"J'ai pris le parti de geler les taux de notre fiscalité directe et indirecte"


"Le volume de nos recettes est structurellement insuffisant face à celui de nos dépenses", confirme Alfred Marie-Jeanne, le président du conseil exécutif. "Devant une situation aussi dégradée, j’ai pris le parti, contrairement à ce qui est allègrement colporté, de geler les taux de notre fiscalité directe et indirecte, pour ne pas alourdir la charge qui pèse sur les ménages et les entreprises".

Les élus de l'assemblée ont voté le budget qui fait partie des 33 points à l'ordre du jour d'une séance plénière suspendue par le président Claude Lise à 23h23. Reprise annoncée ce mercredi (4 avril 2018), à 10 heures.*LREM Les Républicains En Marche (parti de la majorité présidentielle)