En Martinique, les professionnels du tourisme, critiquent la "septaine" imposée aux visiteurs  

tourisme
CMT Martinique tourisme
Images de Martinique ©Cap Facebook CMT
La quatorzaine de confinement a été assouplie par le gouvernement pour les voyageurs à destination des Antilles. Mais les professionnels du tourisme redoutent un effet dissuasif de la septaine en expérimentation depuis le 9 juin. Ils proposent que des tests médicaux soient effectués avant le départ.

Il nous faut des touristes qui viennent de l’hexagone sinon, on n’arrivera pas à s’en sortir.


C’est le souhait ardent de Philippe Lécuyer, président du cluster du tourisme Ziléa, qui se réjouit par avance de la levée des motifs impérieux prévue normalement le 22 juin 2020.
C’est en tous cas ce qu’a laissé entendre la ministre de l’Outremer Brigitte Girardin, en début de semaine.

Oui, les Français pourront se rendre dans les territoires ultramarins cet été" .

(Brigitte Girardin - lundi 8 juin 2020)


"La septaine dissuade les visiteurs à venir en Martinique"


Mais les professionnels du tourisme redoutent désormais chez les visiteurs un effet dissuasif de la septaine, après l'assouplissement de la quatorzaine de confinement annoncée.

En effet, depuis ce mardi 9 juin 2020, un protocole "expérimental" est en vigueur. À leur arrivée dans les territoires concernés (les Antilles, Saint-Martin, Saint-Barthélémy et la Réunion), "les passagers, qui présenteront un test dont le résultat est négatif, bénéficieront d’une procédure accélérée de traitement à l’aéroport, et effectueront sept jours de quarantaine, suivi d’un nouveau test RT-PCR."

Concernant les annonces de Madame Girardin, nous avons le sentiment d’avoir été partiellement entendus. Nous nous félicitons de la levée des motifs impérieux à compter et de l'arrêt du contingentement des vols et du nombre de  sièges dans les avions à compter du 22 juin.

Nous sommes par contre hostiles à cette nouvelle période de confinement de 7 jours. Nous demandons depuis le 28 mars la mise en place de tests, avant le départ du visiteur. Si au moment de l’enregistrement, le passager ne présente pas un certificat médical attestant qu'il n'est pas porteur du virus, il n'embarque pas.

Donc selon nous, la septaine est inutile, car elle dissuade tous les visiteurs à venir en Martinique.
Qui voudrait venir en Martinique pour passer 7 jours, confiné dans une structure collective ou chez les amis ?

(Philippe Lécuyer)

Hôtel durant la haute saison
Piscine d'un grand hôtel de Martinique, avec vue sur la mer. ©Martinique 1ère
Derrière cette inquiétude, Philippe Lécuyer précise qu’il n’y a pas que les hôteliers qui risquent de souffrir du manque à gagner. "C’est l’ensemble de la filière et les multiples acteurs qui composent ce pan de l’économie".

Les touristes font vivre des structures d’hébergement comme les meublés de tourisme, les taxis, les commerces en zone touristique, les professionnels
d'activités sportives (plongée, randonnée, kayak, day charter, scooter...).

Pareil pour les loueurs de voitures, les lieux de visite, les espaces culturels, artisans, artistes...

Il nous faut des touristes qui viennent de l’hexagone sinon, on n’arrivera pas à s’en sortir. 

(Philippe Lécuyer)


Le 22 juin prochain, le premier ministre, Édouard Philippe, devrait s’exprimer à nouveau, dans le cadre de la seconde phase de déconfinement, un moment attendu par tous les professionnels du tourisme dans les îles, qui espèrent amorcer très rapidement la saison estivale avec les premières réservations.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live