Mini-Transat : 78 skippers mettent le cap sur la Martinique

voile
Mini-Transat: avant départ des canaries
78 bateaux de 6,50 vont traverser l'atlantique en direction de la Martinique ©C. Breschi/Mini-transat
La deuxième étape de la Mini-Transat part de Las Palmas aux Canaries, mercredi 1er novembre, pour se terminer en Martinique à la mi-novembre. 2700 milles de course, pour les concurrents qui seront confrontés aux Alizés et aux vents portants jusqu’à l’arrivée finale au Marin. 
À vingt-quatre-heures du départ de la seconde étape de la Mini-Transat la Boulangère, les concurrents s’affairent tranquillement pour préparer les derniers détails avant le grand saut sur l’Atlantique. 

Trouver rapidement les alizés


Pour bon nombre de skippers, ce nouveau départ sera l’occasion de corriger le tir suite à une première étape La Rochelle-Las Palmas de Gran Canaria (Canaries). Les écarts relativement faibles à l’arrivée ouvrent tous les espoirs pour cette deuxième partie de la course. Tous les plans de course font référence à la météo. Les alizés bien établis en cette période permettront d'exploiter le potentiel des bateaux. Valentin Gautier (Shaman Banque du Léman) et Ian Lipinski (Griffon.fr) les deux favoris des deux classes en compétition ont un classement à défendre.  

Les données après la première étape


L'ordre d’arrivée au Marin risque d’être celui du classement général final de la Mini-Transat La Boulangère. Le 11 octobre dernier Ian Lipinski (Griffon.fr) a remporté la première étape La Rochelle-Las Palmas de Gran Canaria (Canaries) avec 113 secondes après 1350 milles de course sur Arthur Léopold-Léger (Antal XPO). Le Guadeloupéen Kény Pipérol sur (Région Guadeloupe) a franchi la ligne d'arrivée en huitième position. 
Keni Pipérol
Le Guadeloupéen Keni Pipérol parmi les meilleurs (catégorie Prototype) ©Breschi/Mini-Transat
Dans la catégorie série, Valentin Gautier (Shaman - Banque du Léman) dispose d’un tout petit matelas d’avance sur le reste du podium, un peu plus de deux heures. Sept heures, c’est l’écart entre le deuxième Rémi Aubrun (Alternative Sailing – Constructions du Belonet) le vingt-et-unième, David Alonso (Blue Oscar), ce n'est rien à l’échelle d’une traversée de l’Atlantique. 
Mini-transat : carte
©organisation

La 2e étape : Les Canaries-Le Marin


Tout commence donc le mercredi 1er novembre. Négocier sa sortie des îles Canaries est donc le premier obstacle de cette deuxième étape, puis rejoindre au plus vite les alizés qui emmèneront les skippers sur de longs surfs vers la Martinique. Les concurrents devront gérer les angles de descente au portant, se méfier des grains tropicaux, et finir par une belle arrivée dans la baie du Marin. Les plus rapides sont attendus à la mi-novembre.