publicité

Le moustique-tigre, vecteur de la dengue, du chikungunya et du Zika, (peut-être) bientôt éradiqué

Avec le réchauffement climatique accru, le moustique-tigre (bien connu dans nos régions), se déplace dans des zones habituellement plus tempérées. En ce moment, des chercheurs travaillent sur le cas du Aedes Aegypti*. Deux études récentes proposent des solutions, pour lutter contre sa propagation.

Moustique Aedes albopictus, ou moustique tigre.
Moustique Aedes albopictus, ou moustique tigre.
  • Serge Massau et Guy Etienne
  • Publié le , mis à jour le
Pour lutter contre le moustique-tigre, Ana Prata (de l’université du Brésil), a choisi la méthode douce : Biodégradable et sans produit chimique. Son biolarvicide ressemble à des œufs de moustique. Ce sont en fait des capsules de fécule de maïs auxquelles elle associe du thymol (de l’huile essentielle de thym).
 

L’eau, "l’amie" des moustiques


Elle place ces capsules dans des soucoupes à fleurs ou dans des réservoirs d’eau. Car l’agent actif se diffuse uniquement au contact de l’eau. Et c’est justement là où les larves de moustique se développent. Les chercheurs avaient aussi testé les vertus des brèdes mafane, mais le thymol s’est révélé plus efficace. Ils ont donc fait une demande de brevet.
Un chercheur observe des moustiques Aedes Aegypti à l'Institut des Sciences de l'Université de Sao Paulo au Brésil. © NELSON ALMEIDA / AFP
© NELSON ALMEIDA / AFP Un chercheur observe des moustiques Aedes Aegypti à l'Institut des Sciences de l'Université de Sao Paulo au Brésil.
Une autre étude américano-chinoise, a utilisé une méthode plus radicale. Les chercheurs ont à la fois irradié des moustiques femelles pour les stériliser, et ils ont aussi infecté les mâles par une bactérie, qui les empêche de se reproduire avec les femelles non infectées.
Résultat, dans la zone testée, le nombre de piqûres de moustiques aurait chuté de 97%.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play