martinique
info locale

"Nou Pep La" s'invite pour de bon dans le paysage politique

politique
Nou Pep La
Les militants de Nou Pep La , entourés de leurs invités à la clôture du congrès fondateur du mouvement (24 avril 2016) ©A.Livori
Concrétiser et pérenniser la démarche entreprise lors des élections à la CTM. C’était l’objectif du congrès fondateur de "Nou Pep La", ce week-end au prêcheur avec un porte-parole, Marcellin Nadeau, le maire du Prêcheur.
Concrétiser et pérenniser la démarche entreprise lors des élections à la CTM, c'était l’objectif du congrès fondateur de "Nou Pep La", ce week-end dans la commune du prêcheur. Ce congrès avait pour nom "Ankraj". Les dirigeants le répètent, "Nou Pep La" n’est pas un parti politique mais un mouvement avec un porte-parole : Marcellin Nadeau, le maire du Prêcheur. "Nou Pep La" se présente comme une alternative aux partis politiques déjà en place en tenant compte "des aspirations du peuple, en mettant le citoyen au centre des décisions", martèlent ses militants.

Une assistance internationale

Des invités de renom ont pris part à ces 3 jours de congrès (vendredi 22, samedi 23 et dimanche 24 avril). Des participants de la Guadeloupe, représentée entre autres, par Jean-Jacob Bicep, ancien député Européen, Alain Plaisir, membre fondateur du LKP, tête de liste  "Alternative Populaire et Citoyenne lors des dernières régionales en Guadeloupe, Henry Joseph co-fondateur du laboratoire phytobokaz.

Parmi les autres invités, Jean-Baptiste Eyraud, membre du DAL, droit au logement et acteur de l'opération "Nuit Debout", l'espagnol, Alejandro Merlo assistant parlementaire l’Eurodéputé de podemos Miguel Urban et le Trinidadien Ozzi Warwick, militant du Movement for Social Justice de Trinidad et Tobago. Une délégation d'Haïti, également invitée, n'est pas venue à cause de problèmes de visas.
 

CTM : "Alliance mal papaye"...

Les participants ont travaillé autour de six ateliers : le réchauffement climatique, l’égalité femme-homme dans les entreprises, l'agriculture, l’autosuffisance alimentaire et l’agriculture raisonnée, la culture et l’éducation. Par ailleurs, interrogé sur l'actualité politique actuelle, le porte-parole de "Nou Pep La", a qualifié l’alliance de gestion à la tête de la CTM "d’alliance mal papaye contre-nature". Quant à la participation de "Nou Pep La" aux échéances électorales de 2017 (présidentielle, législatives, sénatoriales) pas de décision arrêtée pour l'instant.  
 
 
 
 
Publicité