martinique
info locale

Le nouveau maire envisage de porter plainte contre l'ancien sur l'utilisation des fonds publics

politique Saint-Pierre (SPM)
Martine-Rapha
Christian Rapha (maire actuel, PRM) et Raphaël Martinique (ancien maire, RDM) ©Martinique 1ere
Le maire de Saint Pierre Christian Rapha et son conseil municipal remettent en cause la gestion passée de 3 offices satellites de la municipalité, en envisageant des plaintes auprès du Parquet.
Le conseil municipal à Saint-Pierre jeudi (14 avril) pourrait être mouvementé, si l’on s’en tient à l’ordre du jour qui amène des dossiers relatifs à l’action de l’ancienne équipe menée par Raphaël Martine. Pas moins de 3 organismes en lien avec le tourisme, les sports et la culture pourraient être dissous, c’est ce qu’entend proposer la nouvelle municipalité dirigée par Christian Rapha.

L’OMIAC (Office Municipal d’Initiatives et d’Actions Culturelles) et l’OMSL (Office Municipal de Sports et de Loisirs) sont deux structures de type associatif mises en place lors des précédentes mandatures sous la houlette de Raphaël Martine et qui ont bénéficié de subventions publiques selon le rapport qui sera présenté ce jeudi (13 avril). Pour la nouvelle majorité municipale pierrotine, ce type de structure avec gestion de fait par des élus, est source de responsabilité pénale liée en particulier à la gestion des fonds publics…

Demande de dissolution des 3 organismes 

L’équipe municipale dirigée par Christian Rapaha a même décidé en ce sens de mettre en demeure les présidents de ces offices – OMIAC et OMSL – de fournir tous justificatifs sur l’usage des subventions perçues. Mais aucune suite n’a été donnée, selon l’adjoint au maire Jacky Espartero, malgré l’annonce qu’un silence conduirait à une information auprès du procureur de la République. Pour l’actuelle municipalité, il apparaît utile qu’il soit procédé à la dissolution de l’OMIAC et l’OMSL de Saint Pierre. "Tout comme l’office du tourisme, qui est aussi en forme d’association", estiment Christian Rapha et ses conseillers municipaux, qui déclarent que cette structure n'est pas de nature à porter efficacement la politique du tourisme de la ville.

Une banque réclame son argent !

En outre, une assignation du Crédit Agricole envers l’organisme, est parvenue en mairie. Assignation visant selon le conseil municipal, au remboursement de 20.000€ accordés en vue de réaliser un carnaval en pleine période électorale. Le conseiller municipal Jacky Esparero déclare qu’il est indispensable que l’Office du tourisme pierrotin réponde de ses engagements devant la justice et qu’il apparaît donc nécessaire de solliciter l’ouverture d’une information auprès du procureur de la République…Voilà qui annonce peut-être un conseil municipal agité.

Publicité