Obligation vaccinale : "en l'état aucun agent ne peut être suspendu" précise le syndicat Force Ouvrière

coronavirus
Hôpital Pierre Zobda Quitman
Hôpital Pierre Zobda Quitman à Fort-de-France. ©Martinique la 1ère
N'étant plus membre de l'intersyndicale de la santé, le syndicat Force Ouvrière poursuit les discussions avec la direction du centre hospitalier universitaire de la Martinique. Le syndicat qui parle au nom des ses membres a fait, lundi 10 janvier 2022, un point d'étape sur les discussions menées avec Dominique De Wilde, administratrice provisoire du CHUM.

Les réunions se poursuivent  entre le bureau de FO composé de 08 représentants et une délégation du CHUM conduite par Dominique De Wilde.

Le centre hospitalier universitaire de Martinique est temporairement placé sous administration provisoire, depuis le départ de Benjamin Garel le 30 novembre dernier.

Dominique de Wilde
Dominique D Wilde, administratrice provisoire, Inspectrice générale des affaires sanitaires et sociales ©Cap/FB/CHUM

Dominique De Wilde et une délégation de cadres mènent les discussions avec le syndicat Force ouvrière qui ne fait plus membre de l'intersyndicale de la santé. 

Dans un courrier faisant le point sur les négociations, entre les deux parties, publié ce lundi 10 janvier 2022, le syndicat  Force Ouvrière évoque les pistes de travail des différentes réunions : 

  1. - 160 agents ont présenté un certificat de contre-indication, validé par la direction de l'hôpital en attendant les avis des médecins conseils de la CGSS (Caisse Générale de Sécurité Sociale). Ils ne peuvent faire l’objet de suspension et doivent être informés par courrier de la situation dans laquelle ils se trouvent.
  2. - 226 personnes ont  sollicité la  Plateforme d’écoute de la CRSA – Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie - Les entretiens doivent se tenir en présentiel. Cette organisation ne dépend pas du CHUM, le sujet sera évoqué avec Jean-luc Fanon, le président de la CRSA. Des webinaires animés par des médecins  seront mis en place par la direction du CHUM. (sur les questions qui se posent sur la vaccination).
  3. - En ce qui concerne les soignants et personnel administratif en arrêt maladie (MP, AT, LM) ou en attente d’affectation, le syndicat a exigé et obtenu pour ses mandants que la vaccination ne leur soit pas imposée pendant leur absence au travail. 
  4. - Des collaborateurs ont manifesté leur désir de quitter l'entreprise par un accord de rupture conventionnelle. Tous  les agents (les fonctionnaires et les contractuels de droit public titulaires d’un CDI) peuvent bénéficier de ce dispositif. Le montant sera calculé en fonction de l’ancienneté comme le prévoit les décrets. Les 40% seront prises en compte dans le calcul.

Le CHUM (Centre Hospitalier Universitaire de Martinique) sous tension avec la cinquième vague et son variant Omicron est malmené. Plus de 4000 cas ont été recensés la semaine dernière ( du 3 au 9 décembre). Le nombre de patients en réanimation ne cesse d'augmenter, ce qui se traduit par une tension sur les soins critiques. Les services sont saturés. 

Jean-Pierre Jean-Louis
Jean-Pierre Jean-Louis du syndicat Force Ouvrière du Centre Hospitalier Universitaire de Martinique ©Martinique 1ère

Jean-Pierre Jean-Louis le secrétaire général  FO santé rappelle que "l'hôpital ne pourra pas assurer la continuité des soins sans la présence du personnel non vacciné".

En l’état aucun agent ne peut être suspendu. Aucune condition n’est réunie pour appliquer cette loi scélérate et injuste : pas de cellule de reconversion, les conditions d’application de la rupture conventionnelle pas suffisamment définies, la plateforme d’écoute de la CRSA inappropriée, une pénurie de personnel, beaucoup de patients à prendre en charge. F.O. exige un report de l’application de cette loi.

Jean-Pierre Jean-Louis secrétaire général FO-Santé