Olivier Berisson et un autre militant remis en liberté, après plusieurs heures de garde à vue

justice
Palais de Justice
Palais de Justice de Fort-de-France. ©Martinique la 1ère
Olivier Berisson, le leader du mouvement politique Mun ainsi qu'un autre militant, après présentation devant le juge, ce mercredi matin, ont été remis en liberté, sous contrôle judiciaire. Ils sont accusés de faits d'outrage sur les forces de l'ordre.

C'est peu avant 13h que le militant prénommé Marvin puis quelques minutes plus tard, le leader du mouvement Mun, Olivier Berisson, accompagné de son avocat maître Alik Labéjof-Lordinot, ont quitté le Palais de Justice de Fort-de-France ce mercredi 19 janvier 2022. 

Les deux hommes ont été placé sous contrôle judiciaire en attendant leur procès prévu le 24 mai 2022. Ils sont accusés de faits d'outrage sur les forces de l'ordre.

Les deux militants n'ont plus le droit de se rendre à l'hôpital Pierre Zodba-Quitman jusqu'à leur jugement.

Plus de 24h de garde à vue

Ils avaient été convoqués hier mardi 18 janvier 2022 concernant des évènements qui se sont déroulés le 15 octobre 2021 à l'hôpital Pierre Zobda-Quitman du CHUM. 

Ils ont passé la nuit (de mardi 18 au mercredi 19 janvier) en garde à vue.  Ils ont été présentés à une juge ce mercredi  matin.

Comme la veille, militants et sympathisants du mouvement politique Mun se sont installés sur la place en face du commissariat de Fort-de-France.

Les deux hommes ont pris la parole à leur sortie du palais de justice. Ils sont revenus sur ces dernières heures de garde à vue. Une première autant pour l'un que pour l'autre.