martinique
info locale

Ouverture des plages en Martinique : la balle est dans le camp des maires

coronavirus
Plages
©JCS
Depuis le déconfinement du 11 mai 2020, les plages sont toujours interdites d'accès.  Hier (18 mai) le maire de Schoelcher, Luc Louison Clémenté a écrit au préfet pour demander la levée de cette interdiction dans sa ville. Le préfet a préféré faire une proposition à toutes les communes littorales.
Près de 2 mois sans piquer une tête... Beaucoup pensaient que le 11 mai 2020, le déconfinement serait synonyme d'une liberté retrouvée. Aller à la mer ! Mais non ! Le jour même, le préfet de Martinique l'a annoncé, les plages restent interdites d'accès.

Mais il est loin le temps du désamour entre les martiniquais et l'océan. L'appel du grand bleu se faisant de plus en plus pressant.

C'est dans ce contexte que Luc Louison Clémenté, maire de Schoelcher, a écrit le lundi 18 mai 2020 au préfet de Martinique pour demander la liberté, pour les citoyens, d'accéder aux principales plages de sa commune (Madiana, bourg et Anse Madame). Une requête dont les règles d'encadrement avaient même été fixées par la municipalité.


Pas de réponse à Luc Clémenté mais une proposition générale aux communes littorales


La réponse de Stanislas Cazelles ne s'est pas fait attendre. Mais celle-ci n'était pas adressée directement au maire de Schoelcher. 

Le préfet de Martinique a en effet formulé une proposition à toutes les communes donnant sur le littoral. Il envisage de permettre l'accès aux plages mais avec un encadrement particulier.
 
Tout d'abord les horaires : du levée du soleil jusqu'à 11 heures le matin. Puis de 16 heures au couché du soleil. Un trou de 5 heures donc dans cette autorisation d'aller à la mer. La raison : éviter  pic-nic et autres rassemblements de personnes. Il s'agit pour le préfet de s'assurer que les plages ne soient accessibles que pour des activités physiques (sports nautiques compris).

Ensuite, ces autorisations devraient être encadrées par les polices municipales. Les forces de l'ordre auraient alors pour mission de patrouiller sur les plages afin de s'assurer du respect des règles nouvellement édictées par la préfecture avec l'assentiment des maires.

Sur ce point, le préfet propose également de mettre à disposition un certain nombre de gendarmes et policiers nationaux pour renforcer les équipes municipales.


Tout dépend de la réponse des maires


Cette proposition a été faite aux différents maires concernés hier soir (lundi 18 mais 2020). Les édilités ont jusqu'à demain (mercredi 20 mai) pour communiquer leur décision.

Mais attention ! Celle-ci devra être unanime. Si un seul maire refuse, les plages devraient donc rester interdites d'accès. L'association des maires devrait jouer un rôle déterminant.