martinique
info locale

Les parents d'élèves excédés par la grève des enseignants qui s'éternise

éducation
Intersyndicale d'enseignants
Manifestation de l'intersyndicale des enseignants contre la réforme des retraites ©Martinique la 1ère
Nouvelle mobilisation des syndicats de l’Éducation nationale à Fort-de-France (jeudi 13 février 2020). Les enseignants sont toujours vent debout contre la réforme des retraites (et celle du Bac), tandis que les parents s’inquiètent de la fermeture prolongée de nombreux établissements.
La mobilisation ne faiblit pas chez les enseignants martiniquais qui dénoncent toujours le projet de réforme des retraites. Le texte sera examiné par l'Assemblée nationale à partir du lundi 17 février 2020 conformément au calendrier annoncé par le gouvernement.

En attendant, plusieurs établissements restent fermés, en dépit des résultats obtenus par les députés martiniquais (Josette Manin et Serge Letchimy) concernant notamment le gel des suppressions de postes dans l’académie de Martinique et le report de la première phase des épreuves du Bac.

Conséquences, l’inquiétude est grandissante chez les parents d’élèves, qui s’interrogent quant à l’impact de cette grève prolongée sur les études et les notes de leurs enfants. La Fédération des Conseils des Parents d’Élèves demande la réouverture des écoles.

Claude Bertrac, le président de la FCPE

Même attente de la part de l’association des Parents d’Élèves de l’Enseignement Public, la PEEP qui redoute une amplification des tensions entre enseignants et parents.

Louis-Félix Chanlong, représentant de la PEEP

De son côté, l’Union des Parents d’Élèves de Martinique s’était déjà exprimée le 1er février 2020, sur cette situation via un communiqué :

Nous proposons (…) le report des Épreuves Communes de Contrôle Continu (…), la tenue d’une rencontre entre les organisations syndicales et le Recteur (…) et la reprise des cours du lundi au jeudi, le vendredi étant consacré à un travail collectif dans les établissements, sur l’identification des moyens utiles et nécessaires à la mise en place des politiques éducatives ceci, tant que les organisations syndicales n’auront pas des garanties sur la prise en compte réelle de leurs revendications notamment concernant la réforme de la retraite. (Gérard Laguerre, président de l’UPEM)

L'intersyndicale des enseignants pourrait poursuivre la grève dans les jours qui viennent.