Pas de médecin de disponible ce mardi pour établir un constat de décès à Fort-de-France

décès
La police nationale quartier Tartanson à Fort-de-France
Une voiture de la police nationale devant le domicile du défunt. ©DR
Les pompes funèbres et des fonctionnaires de la police nationale attendent depuis 7 heures ce matin (10 mars 2020), l'arrivée d'un médecin pour constater le décès d'une personne à son domicile. Médecins, Samu et SOS médecins ont refusé de se déplacer jusqu' à 11 h ce matin.
Pas moins de 4 fonctionnaires de la police nationale (officier de police judiciaire, photographe ... ) et un service des pompes funèbres attendent depuis 7 heures ce matin (10 Mars 2020) l'arrivée d'un médecin pour constater la mort naturelle d'une personne à son domicile quartier Tartanson à Fort-de-France. 

La situation serait presque banale si elle ne se reproduisait pas souvent en Martinique. Toujours sur place, Ralf Siniamin, directeur de pompes funèbres est excédé "Nous avons appelé pas moins de 10 médecins de ville, le SAMU et SOS Médecins, aucun d'entre eux ne veut se déplacer. Que fait-on ?". 

Le constat de décès doit être effectivement dressé par un médecin. Ce document certifie que la mort est réelle et constante et détermine le moment de sa survenance. Le certificat médical de décès précise également les causes et les circonstances du décès.

Un partenariat existe avec des médecins précise le procureur de la République Renaud Gaudeul "mais il reste encore des difficultés sur certaines tranches horaires". 

Difficile en effet de faire quitter son cabinet à un médecin de ville alors que sa salle d'attente est déjà pleine. Le SAMU déjà très pris par de nombreuses interventions tout comme SOS Médecins. Mais pour la famille de la défunte, la situation est pénible à vivre même si chacun peut comprendre qu'un médecin ne peut intervenir dans l'heure. 

Dans ce cas de figure bien précis, le conseil de l'ordre des médecins précise qu" aucun texte n’impose de délai pour l’établissement du certificat de décès mais, par respect des familles et dans l’intérêt de leurs démarches, il est nécessaire d’y procéder aussi tôt que possible. Les dispositions relatives à l’admission en chambre funéraire ou aux opérations de transport des corps vers un établissement  de santé précisent que ce délai ne peut excéder 24 heures". 

A 11 heures ce matin, nous apprenons que le SAMU va intervenir. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live