Pass sanitaire : direction du CHUM et organisations syndicales en attente d'une décision de justice

coronavirus
Palais de justice mobilisation
Palais de Justice de Fort-de-France ce samedi 16 octobre 2021. ©PPF
La manifestation contre le Pass Sanitaire a pris une forme différente ce samedi 16 octobre 2021. Le groupe s'est rassemblé devant le Palais de Justice de Fort-de-France. Le tribunal examine une assignation introduite par le CHUM à l’encontre des organisations syndicales de l'hôpital.

Les tambours et les ti bwa résonnent devant les grilles du Palais de Justice de Fort-de-France, ce samedi 16 octobre 2021. À l'extérieur, plusieurs dizaines de personnes, certains avec des blouses médicales, sont réunies.

Ambiance tambour devant TGI
©PPF

Les deux trottoirs et la route sont investis. Ce côté du boulevard général de Gaulle a été bloqué avec un barrage de fortune entre la mairie de Fort-de-France et l’ancienne prison. 

Barrage boulevard
©PPF

À l'intérieur l'ambiance est tout aussi tendue. Le tribunal des référés doit examiner l'assignation introduite par le CHUM à l’encontre des organisations syndicales qui depuis plusieurs jours entravent les entrées de l’hôpital Pierre Zobda-Quitman à la Meynard. 

La direction du CHUM a formulé une demande d’expulsion d’occupants des lieux de travail. L'établissement de santé est représenté par maîtres Yang-Ting et Berthé.

Le collectif des syndicats de la santé est quant à lui représenté par maîtres Germany et Romer.

L’un des avocats des syndicats a demandé le report de l’audience pour prendre plus en détail connaissance du dossier, demande refusée par la présidente du tribunal. Un syndicaliste a alors demandé que la présidente soit récusée. L’audience a été suspendue, puis a repris en milieu de journée. 

Grilles TGI
©PPF

Quelques mètres plus loin, au commissariat de Fort-de-France, les musiciens d'un groupe à pied donnent du rythme également. Quelques personnes sont rassemblées pour soutenir l'une des trois personnes interpellées hier (vendredi 15 octobre 2021) et toujours en garde à vue. 

Personnes devant le commissariat
©PPF

Selon les syndicats, les deux autres personnes ont été relaxées ce samedi matin (16 octobre 2021). 

Drapeau devant commissariat
©PPF