"PEC résilience" : l'État propose une aide aux exploitants agricoles affectés par le conflit en Ukraine

agriculture
Agriculture Martinique
Exploitation agricole en Martinique. ©Thierry Maisonneuve
Un nouveau dispositif d’aide et de compensation pour les professionnels qui subissent l’augmentation des prix des matières premières, liée au conflit en Ukraine. Après une mesure d’aide à l’alimentation animale. Cette fois les exploitants agricoles se voient proposer un allègement de charges sociales.

Le "PEC résilience", c’est le nom donné à ce dispositif de prise en charge des cotisations sociales. Un dispositif gouvernemental, dit exceptionnel de 150 millions d’euros visant à soulager la trésorerie des entreprises les plus affectées par la situation en Ukraine.

Sont concernés : les exploitants du secteur de l’agriculture et de l’aquaculture ayant subi des surcoûts majeurs entre 2021 et 2022.

Pour être éligible, il faut pouvoir justifier d’un surcoût d’au moins 50% sur un ou plusieurs postes de dépenses, tels le carburant, le gaz, l’électricité, les engrais, ou encore les emballages. 

Une prise en charge partielle

Un dossier est à remplir et à déposer auprès de la CGSS (Caisse Générale de Sécurité Sociale), avant le 1er octobre 2022.

Si les critères correspondent, l’exploitant agricole bénéficiera d’une prise en charge partielle de ses cotisations sociales, de 500€ minimum à un maximum de  3800€.

À noter que ce nouveau dispositif  "PEC résilience" est compatible avec celui lancé le mois dernier sur "l’aide à l’alimentation animale". Ce qui signifie qu'un éleveur peut être aidé par la DAAF (Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt), pour alléger sa facture en alimentation animale tout en bénéficiant de l’allégement de ses cotisations sociales par l’intermédiaire de la CGSS.

Les demandes d’aides étant à déposer respectivement auprès de ces deux organismes