La Perfecta, l’orchestre légendaire de la Martinique, fête ses 50 ans

musique
Perfecta sur scène
La Perfecta sur scène (image d'illustration) ©Cap Facebook / Perfecta
Vendredi 1er mai 2020, la Perfecta fêtera à l’Appalosa-Arena au François, 5 décennies de musique, marquées par d’innombrables succès, l’empreinte de grands talents, des concerts exceptionnels et aussi des séparations douloureuses.
C’est en 1970 que la Pertecta a amorcé cette longue carrière, avec un premier album (clair de lune à l’escale). Près de 120 musiciens se sont croisés au sein de cette formation depuis, avec parfois des collaborations et des séparations aussi soudaines qu’inattendues, parallèlement à des moments inoubliables, et c’est sans doute ce qui a nourri durant 50 ans, la légende Perfecta.
 

La Perfecta, le précurseur du Zouk


En ce temps-là, la musique populaire des Antilles était appelée cadence jusqu'en 1979, année marquée par la création du groupe Kassav, lequel va donner une nouvelle identité à cette musique antillaise. Celle-ci est désormais agrémentée par des sons de tambours. C'est la naissance du Zouk, près de 10 ans après la Perfecta qui aura été jusque-là, la 1ère référence de la musique martiniquaise.
Daniel Ravaud
Daniel Ravaud, membre fondateur de la Perfecta ©Cap Facebook / Perfecta
C’est l’époque où les contrats pleuvent (bals et concerts). Dans cette première décennie, le "club Perfecta" est créé (en 76) pour les fanatiques, et le 10e anniversaire du groupe est célébré en grande pompe, avec plusieurs groupes invités comme l'Opération 78 de Simon Jurad qui, deux ans auparavant, a décidé de monter sa propre formation.
La Perfecta / quelques pionniers
Quelques-uns des pionniers de la Perfecta ©Cap Facebook / Perfecta
Ce départ du guitariste a d’ailleurs provoqué durant quelques temps une joute musicale entre les deux groupes. La polémique a duré plusieurs mois et les disques (vinyles) qui ont alimenté ce "feuilleton", se sont vendus comme des petits pains.
Daniel Marie-Alphonsine
Daniel Marie-Alphonsine, leader de la Perfecta de 1978 à 1982 ©DR

Daniel Marie-Alphonsine, "l'âme" de la Perfecta…


D’autres ruptures ont marqué l’histoire de la Perfecta, comme le départ de Michel Gros-Désormaux, alias Godzom (le clarinettiste qui a écrit entre-autres, ayouskous pa fè fou…j’ai été…) et gérant de la SARL Perfecta durant quelques années.

Mais c’est probablement la première séparation éphémère (avant la rupture définitive) avec le pianiste et chef d’orchestre Daniel Marie-Alphonsine (au début des années 80) qui aura le plus affecté l’orchestre, car ce talentueux auteur-compositeur a su parachever et imprimer un style unique pour la Perfecta.

On a tout tenté pour qu’il revienne au piano (…). La première fois, il a exigé que le groupe ait une nouvelle section cuivre pour son retour ». (Joseph Donatien, un des anciens managers de la Perfecta).

La venue de 3 portoricains (2 trompettistes et un tromboniste) comme l’avait souhaité Marie-Alphonsine, particulièrement inspiré par la musique latine comme les pionniers, a débouché sur la production du 14e album "help me baby" (parmi près de 30 disques enregistrés au total, sans compter les compilations).
Jean Tuernal
Jean Tuernal, auteur-compositeur de "la divinité" ©Cap Facebook / Perfecta

Des tubes inoubliables...


Ayin, sèvi ou mori, an nou allé, tout bagail paré, il le fallait, getting out of the darkness, ayouskous pa fè fou, la divinité, la vérité, la priyè...et bien d’autres succès, ont bercé et fait danser au moins trois générations. Les moins jeunes se souviennent encore du méga concert anniversaire des 10 ans de l’orchestre, à la Pointe-du-Marin à Sainte-Anne en 1980.
Paulo Albin
Paulo Albin, le chanteur vedette de la Perfecta ©Cap Facebook / Perfecta
De midi jusqu’au lendemain matin, près de 50 000 personnes sont venues du nord, du centre et du sud, à pieds, en voiture et par la mer, pour participer à ce marathon de musique, avec plusieurs autres groupes invités (dont l’Opération 78 de Simon Jurad, en guise de réconciliation).
De mémoire d’homme, la Martinique n’a jamais vécu depuis, une aussi grande messe musicale en plein air.

Une fête monstrueuse !   (Le quotidien France-Antilles)

La Perfecta dans l'hexagone
Le public face à la Perfecta (lors d'une tournée dans l'hexagone) ©Cap Facebook / Perfecta
40 ans après ce mémorable concert à Sainte-Anne en août 1980, le groupe va-t-il renouveler cet exploit le 1er mai 2020 au François ?
En tous cas, c’est l’ambition des musiciens qui composent la (nouvelle) Perfecta, puisque récemment, plusieurs "anciens" ont jeté l’éponge...peut-être momentanément...
Il s’agit de : Ronald Tulle, Jean Tuernal, Micky Télèfe, Rodrigue Marcel, Patrick Pennont, Jean-Philippe Meyniac, Yohann Zébina et Thibault René-Corail.
Le groupe Perfecta
La Perfecta sur scène (avant le départ de plusieurs membres) ©Cap Facebook / Perfecta
Selon nos sources, il y aurait un malaise avec la nouvelle gouvernance de la formation. Mais on le sait, la Perfecta est toujours parvenue à surmonter ses soucis internes comme dans les grandes familles, pour continuer à offrir à ses très nombreux fans, le meilleur de son répertoire mythique.
 

Liste (à ce jour) des musiciens du concert du 1er mai 2020


Chant : Paulo Albin / Marius Priam  Batterie : Emmanuel Eugène  Congas : Christian Eugénia Percussions : Raymond Boutrin Basse : Axel Fremcourt-guy Piano : Elysé Domergue Guitare : Bruno Ledoux Cuivres : Joël Fortict / Stéphane Bécarie / Jean-François Gau Trombone : Alexandre Marie-Luce Trompette : Isaac Léopold ....(ces deux derniers sont des étudiants qui évoluent au sein du groupe depuis 2 ans).

Le concert anniversaire des 50 ans est à vivre le vendredi 1er Mai 2020 à l’Appalosa-Arena au François, à partir de 19h.
Les disques de la Perfecta
L'essentiel de la discographie de la Perfecta ©Cap Facebook / Perfecta