publicité

Plage de Désert : la colère révèle les "carences inadmissibles de l'État"

Ce mardi 4 juin 2019, pour la première fois depuis le début de la polémique sur la libre circulation sur la plage de Désert à Sainte-Luce, le député Serge Letchimy a interpellé la ministre des Outre-mer Annick Girardin.

Serge Letchimy le député de Martinique intervenant à l'Assemblée Nationale © A. N
© A. N Serge Letchimy le député de Martinique intervenant à l'Assemblée Nationale
  • Par Lonété Sophie
  • Publié le
Lors de la séance de questions au gouvernement de ce mardi 4 juin 2019, Serge Letchimy est sorti de son silence sur la gestion de la problématique des 50 pas géométriques en Martinique.
Letchimy 50 pas
Dans son intervention de 2 minutes le député n'y est pas allé de main morte : La polémique autour de la libre circulation sur la plage de Désert à Sainte-Luce révèle "les carences inadmissibles de l'Etat quant au respect de la libre circulation le long des plages".

Après avoir indiqué que les troubles publics liés à la privatisation du littoral sur la plage de Désert risquent de s'aggraver, il a directement attaqué le gouvernement, stipulant que celui-ci ne respecte ni "la loi littorale de 1986" qui instaure des servitudes de passage, ni "l'article 27 de la loi d'octobre 2015" qui prévoyait, à l'initiative de Serge Letchimy, le transfert des compétences des agences des 50 pas géométriques vers les collectivités de Guadeloupe et Martinique.

Sur ce point, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin a objecté sa propre incompréhension. "Cela fait 4 ans pourtant rien n'a été fait ! Je ne comprends pas pourquoi", a-t-elle rétorqué avant d'annoncer des actions dans le cadre dun projet de loi "Risques naturels Outremer".
 

Plusieurs plaintes déposées


Malgré les efforts du préfet Franck Robine et de la mairie de Sainte-Luce pour trouver un terrain d'entente, la plage de Désert reste le théâtre d'un conflit entre martiniquais désireux de voir appliquer la loi stricto sensu et martiniquais brandissant leur droit de propriété.Le mouvement Mun Matinik, à l'origine des mobilisations à Sainte-Luce, a déposé une plainte la semaine dernière (lundi 27 mai 2019), pour entrave à la libre circulation sur le littoral. Elle a été signée par une cinquantaine de martiniquais.
De leur coté, Mélodie et Cédric, qui ont fait l'objet d'une plainte pour agression entre autres, alors qu'ils circulaient sur la plage de Désert, ont également porté plainte.

Pour Olivier Bérisson, porte parole de Mun Matinik, l'intervention du député Serge Letchimy n'est autre que de la récupération.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play