Plan chlordécone 4 : "incohérences et insuffisances" pour le collectif "Lyannaj Pou Dépolyé Matinik"

chlordécone
Plan chlordécone 4 / collectif "Lyannaj Pou Dépolyé Matinik"
Le NON au plan chlordécone 4 du collectif "Lyannaj Pou Dépolyé Matinik" ©Capture Facebook collectif "Lyannaj Pou Dépolyé Matinik"

Le collectif Lyannaj Pou Dépolyé Matinik s'est réuni à Fort-de-France samedi 16 janvier 2021 pour se pencher sur le "plan chlordécone 4". Ses membres dénoncent "des incohérences et des insuffisances". L'ouverture d'"un procès international citoyen" est envisagé.

Ce samedi 16 janvier 2021, les membres du collectif Lyannaj Pou Dépolyé Matinik se sont retrouvés à la Maison des syndicats à Fort-de-France, afin d'échanger sur le "plan chlordécone 4", lequel a fait l'objet d'une consultation en ligne de la population. Selon le comité, il y a "des incohérences et des insuffisances". 

Enveloppe "insuffisante"

 

Au niveau financier, l’Union Européenne doit allouer une enveloppe de 13 millions à la Collectivité Territoriale de Martinique pour lutter contre ce perturbateur endocrinien. C'est, "une somme largement insuffisante" ont estimé les différentes associations présentes.

Concernant l’attribution des terres en friches, le collectif considère qu’il n’y a "aucune avancée notable" et demande "des mesures fortes".

Le collectif "Lyannaj Pou Dépolyé Matinik" / maison des syndicats
Le collectif "Lyannaj Pou Dépolyé Matinik" réunie à la maison des syndicats (16 janvier 2021) ©Capture Facebook "Lyannaj Pou Dépolyé Matinik" / DR

Création d'un fond d'indemnisation des victimes

 

Outre l’empoisonnement au chlordécone, ce sont les pesticides en général qui sont dans le viseur des militants. Un arrêté a d’ailleurs été pris et un fond d’indemnisation des victimes a été créé.

Pour en bénéficier, il faut d'un certificat médical attestant que la maladie est due à la profession exercée. Ce n'est pas le cas pour Jean-Claude Michanole qui a arrêté de travailler dans les plantation il y a trois ans.

Cet ancien ouvrier agricole affirme qu'au début, il travaillait dans les champs sans gant, ni masque ou combinaison de protection.

A cause de cela, des plaques rouges me démangeaient sur les bras et les jambes.  

 

Un "procès international citoyen"

 

Le collectif prévoit également l’ouverture d’"un procès international citoyen" pour lutter contre ces pesticides, "en présence des camarades de Guadeloupe et de l’Hexagone, d’ici à juillet prochain". En attendant, un nouveau rassemblement est prévu le samedi 23 janvier 2021 au Morne-Rouge.

La validation par le gouvernement du plan chlordécone IV (2021-2027) lequel comporte "six stratégies", est prévue d'ici au début du mois de février prochain.