Plan Chlordécone IV : le comité de pilotage de Martinique annonce des "avancées majeures"

santé
Agriculture et chlordécone
Agriculture et chlordécone. ©La1ère
Le comité de pilotage local du plan chlordécone 4 réuni mardi 25 janvier 2022, a fait le point sur "quelques avancées majeures. Chlordéconémie gratuit pour tous, accompagnement gratuit des victimes" dans leurs démarches pour indemnisation, "l’amplification des moyens" pour éliminer définitivement le pesticide et une "aide exceptionnelle aux marins pêcheurs".

Des "avancées majeures" annonce la préfecture dans un communiqué daté du 26 janvier 2022, à l’issue du comité de pilotage réuni la veille à propos du plan chlordécone IV. Autour de la table, il y avait Stanislas Cazelles, préfet de Martinique, Serge Letchimy, Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique, le docteur Jérôme Viguier, directeur général de l’Agence Régionale de la Santé et Edwige Duclay, directrice de projet en charge de la coordination interministérielle du plan chlordécone IV.  

L’élaboration du nouveau plan interministériel de lutte contre la pollution par la chlordécone aux Antilles 2021-2027, s’est inscrit dans une volonté de co-construction. Le projet de plan a été bâti grâce à la contribution active de nombreux groupes de travail, mis en place sous l’égide des préfectures de Guadeloupe et de Martinique et associant les services de l’État, les collectivités, les représentants de la société civile et les organisations professionnelles.

solidarites-sante.gouv.fr

Les "avancées" s’inscrivent dans le domaine de la santé, de l’alimentation, de l’accompagnement des acteurs économiques et de la recherche, dans le cadre de ce plan 4 lancé en Martinique le 3 mars 2021.  

"La mise en œuvre de la chlordéconémie et d’un parcours d’accompagnement gratuits pour tous"  

Le dosage de chlordécone dans le sang est réalisable sans ordonnance dans tous les laboratoires d’analyses de Martinique depuis novembre 2020. À ce jour, près de 2 000 prélèvements ont été réalisés et une centaine de personnes, parmi les plus exposées, ont participé aux ateliers nutritionnels mis en place afin d’identifier et réduire les sources d’exposition alimentaire.

Le comité

Manifestation anti-chlordécone
Manifestation anti-chlordécone, le 14 novembre 2018 en Martinique. ©LYANNAJ POU DEPOLIÉ MATINIK

"Le déploiement d’un dispositif d’accompagnement gratuit pour faciliter les démarches auprès du fonds d'indemnisation des victimes des pesticides"

Ce dispositif en cours de déploiement s’appuiera sur l’association France Assos santé Martinique en partenariat avec l’association Phyto-victimes. D’ores et déjà, les exploitants et travailleurs agricoles, en activité ou à la retraite, qui auraient développé des pathologies en lien avec une exposition professionnelle aux pesticides dont la chlordécone, ou leurs ayants droit, pourront obtenir des renseignements à l’adresse suivante à compter du 1er février : martinique@phytovictimes.fr. Le dispositif concerne également les enfants dont l’un des deux parents a été exposé professionnellement pendant la période prénatale.

Le COPIL

"L’amplification des moyens pour tendre vers le "zéro chlordécone""

En 2021, l’État a consacré plus de 1,5 M€ à cet objectif, grâce à des partenariats avec les acteurs du secteur agricole. Ainsi, le groupement de défense sanitaire de Martinique et la chambre d’agriculture de Martinique accompagnent respectivement les éleveurs et les producteurs de fruits et légumes dans la réalisation des analyses de sols gratuites et l’adaptation de leurs pratiques en fonction du niveau de contamination. À ce jour, les 2/3 des contrôles opérés par les services de l’État sur les productions agricoles ne font ressortir aucune trace de chlordécone et les prélèvements au-dessus des limites maximales de résidus représentent 3 % du total. Par ailleurs, le parc naturel régional de Martinique est également soutenu afin de relancer le label "zéro chlordécone".

Comité de pilotage

"Le déploiement d’une aide exceptionnelle aux marins pêcheurs pour compenser leurs pertes de revenus liées à la pollution des eaux par la chlordécone"  

C’est une enveloppe de 1,5 M€ par an pour les Antilles. Elle couvrira le montant des cotisations CSG et CRDS pendant 3 ans. En outre, l’État soutient la mise en place d’un centre d’accompagnement des pêcheurs et aquaculteurs marins pour les aider dans leurs démarches administratives.

Le comité

Carte de la pollution (en rouge) au chlordécone en Guadeloupe et en Martinique
Carte de la pollution (en rouge) au chlordécone en Guadeloupe et en Martinique ©BRGM 2004

Enfin, concernant la recherche, le comité de pilotage prévoit le "lancement d’un appel à projets dédié à la chlordécone", en février prochain, en partenariat "avec les collectivités qui le souhaiteront". Un colloque scientifique international est également programmé en décembre prochain en Guadeloupe, suivi d’une "journée d’échanges avec le grand public" dans les deux îles.