publicité

Des poissons morts et des odeurs nauséabondes à la Zac de Chateauboeuf

C’est un calvaire récurrent pour les résidents de la rue de la Rivière, à la ZAC de Chateauboeuf. Ils doivent supporter des odeurs insoutenables qui proviennent de la ravine Jambette. La mort de nombreux poissons et crustacés a été constatée, suite à un nouvel épisode de pollution.

 

Des poissons morts et des odeurs nauséabondes à la Zac de Chateauboeuf (Fort-de-France). © Christine Cupit
© Christine Cupit Des poissons morts et des odeurs nauséabondes à la Zac de Chateauboeuf (Fort-de-France).
  • Par Christine Cupit
  • Publié le
Difficile de respirer correctement, l’odeur pestilentielle est à couper le souffle. Les poissons en état de décomposition sont nombreux dans la rivière Jambette à Fort-de-France.

Pour les résidents de la Zac de Chateauboeuf, ce spectacle de désolation n’a rien d’exceptionnel.
Certains riverains se plaignent régulièrement de problèmes de santé, dus aux mauvaises odeurs qui émanent de la rivière.
J'habite à la rue de la Rivière. Les odeurs, je n'arrive pas. Ça me réveille, ça sent, ça tue les poumons. Ce n'est pas bon à respirer. On ne peut pas vivre dans ce quartier, proteste une riveraine.

Nous vivons quasiment enfermés, avec une baie vitrée. Une fois, l'eau de la rivière était toute bleue. C'est très pollué, ça c'est sûr. Mes deux enfants ont des problèmes respiratoires, ajoute un voisin.

Mon estomac me brûle, précise un autre.
 

Les habitants, ont une explication pour la pollution de la rivière de Chateauboeuf.
C'est l'usine de canne. On a toujours eu ces problèmes-là. Les habitants avaient porté plainte une fois. Il y avait aussi les moustiques, l'eau qui stagnait et puis, les odeurs. Et voilà, c'est revenu, raconte un résident.

Effectivement, c'est en période de sécheresse, puisque la rivière ne descend pas, précise un autre.

La direction de la distillerie La Favorite reconnaît que des vidanges sont effectuées, après la récolte de la canne. La binasse constituée de jus de canne est alors rejetée dans la rivière. Mais avant cette opération, il faut le feu vert du centre technique de la canne à sucre. En général, la vidange s’effectue au mois de septembre.

La sécheresse et le manque d’oxygène qui en résulte, expliquent certainement en partie, la mort de nombreux poissons dans la rivière. Mais la priorité, c’est d’éviter que les mauvaises odeurs ne deviennent un problème sanitaire.

Selon nos sources, la distillerie La Favorite a constaté un incident sur son site. La direction a alors alerté les autorités et déclenché l’arrêt du déversement de produits dès jeudi soir (23 mai 2019), dans la rivière de la Jambette.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play