Les pompiers de l'extrême se préparent aux catastrophes naturelles

cyclones
GRIMP Illustration
©Raphael Bastide
En pleine période cyclonique, les sapeurs-pompiers du GRIMP de Martinique se plient aux entraînements pour être opérationnels en cas d'alerte. L'élite des pompiers intervient dans les cas extrêmes, lorsque les limites des interventions courantes sont atteintes.
Ils ont le dépassement de soi chevillé au corps, le secours aux victimes dans l'âme, le frisson de l'extrême dans les gênes. L'unité d'élite des sapeurs-pompiers de Martinique s'entraîne régulièrement avant et pendant la saison cyclonique.

Le GRIMP (Groupe de reconnaissance et d’ intervention en milieux périlleux) intervient lorsque
l'accès est plutôt difficile et partout où il y a des hauteurs, des profondeurs, des risques de chutes ou lorsque la victime nécessite une évacuation particulièrement délicate.
 
Grimp
les techniques employées par le GRIMP s’inspirent largement de celles utilisées dans les domaines de l’alpinisme et de la spéléologie. ©Grimp
À titre d'exemple, lors d'un accident de voiture , si le blessé est éjecté dans un ravin en pente, le véhicule de secours ne peut être utilisé et le cheminement de la victime et des secours s'avèrent périlleux, c'est alors le GRIMP qui est engagé.

Derrière l'image d'Épinal du héros, des sapeurs-pompiers qui ont choisi cette voie. Formations et mental sont les critères de ces hommes prêts à chaque seconde à répondre présent pour intervenir dans les situations dangereuses. Là où leurs collègues ne peuvent plus intervenir. Lorsque les limites des interventions classiques sont atteintes.

Choisis pour leurs qualités mentales, sang-froid et détermination, et leur forme physique, ils sont une quarantaine en Martinique à répondre aux critères requis pour ces interventions.

Voir toutes nos photos


Gérer le stress et les heures d'attente 


Face à Noël Nestorine, chef d'unité du GRIMP, trois sapeurs-pompiers sont au rendez-vous (lundi 13 juillet 2020). Fabrice (Centre de secours de Fort-de-France), Heusia (Centre de secours de Fort-de-France) et Kenyata (centre de secours de Trinité). 

Deux objectifs au programme : descendre en autonomie une tour de 25 mètres avec une corde de 10,5mm de diamètre, pour travailler leur technique individuelle, et ensuite secourir une victime tombée d'une falaise.
 
Grimp3
©Raphael bastide
 

La formation doit être pétillante à chaque fois pour motiver les gars mais nul ne doit ignorer que le risque zéro n'existe pas. De notre côté, nous ne savons jamais quel est le degré de violence de la scène que nous allons trouver. Mais après nous, il n'y a plus de secours. Notre responsabilité est énorme".

- Noël Nestorine, conseiller technique adjoint et chef d'unité du GRIMP.


Chaque homme du GRIMP doit éprouver ses capacités en suivant dix formations par an à raison d'un minimum de quatre heures à chaque séance. 
Noël (GRIMP)
Noël Nestorine Conseiller technique adjoint et chef d'unité du GRIMP. ©Raphaël Bastide
Entre tous, une grande confiance. Les gestes des uns assurent la sécurité des autres.

Entre eux une solidarité hors pair. Si l'un défaille, même dans sa vie privée, les autres sont là pour l'épauler. Le mental doit être au top. Et la confiance sans failles. 
 

Des interventions uniques et spectaculaires


Le GRIMP allie des techniques propres à la spéléologie, l'escalade ou encore la course de montagne.

En résumé tous les sports qui utilisent des techniques de cordes au sein de leur activité. C'est une spécialité ou chaque intervention est unique et ne ressemble à aucune autre.
Grimp 4
©Raphael Bastide
De la tentative de suicide en haut d'une grue, au malaise d'une personne dans un clocher, en passant par une chute d'un randonneur d'une falaise, d'une grue en activité qui tombe sur un immeuble en construction avec le grutier incarcéré ce sont autant de cas où ces spécialistes interviennent en Martinique. 
 

Retrouver et porter secours à une touriste perdue à Absalon (Fort-de-France) et ayant chuté sur une pente de 90m a été l'une des interventions fortes de l'année 2018.

Noel Nestorine.


Mais leur compétence est parfois requise là où on ne les attend pas comme par exemple lors du sauvetage d'une personne au pied d'une falaise un jour de mer déchaînée ou encore l'évacuation d'une victime qui ne peut se réaliser qu'avec les techniques du GRIMP.
 

Sécurité, technique et confiance : les maîtres mots du GRIMP


En plus de toutes les aptitudes afférentes au métier de sapeur-pompier il semble évident qu’être sujet au vertige ou à la claustrophobie constitue une incompatibilité avec la mission.

Au-delà de toutes les aptitudes physiques, pour intégrer le GRIMP, il faut avant tout avoir des qualités morales et mentales indéniables. Il faut être rigoureux quant aux procédures techniques et à la gestion du matériel car toute erreur peut être très lourde de conséquences.
Grimp 4
©Raphaël Bastide
L'esprit d'équipe est impératif, il faut établir une certaine cohésion, être très soudé car les interventions s'effectuent dans des conditions souvent difficiles. 
 

Pourquoi ce choix ?


Sur les 105 spécialités du métier de sapeur-pompier, ils ont choisi le GRIMP. 
 

C'était un rêve ... j'étais pompier volontaire et je voulais rejoindre l'élite des sapeurs-pompiers pour leur rigueur. C'est une spécialité qui demande de la concentration. Nous avons une responsabilité forte vis-à-vis de la ou des victimes.

Fabrice, sapeur-pompier de la caserne de Fort-de-France.

 
Grimp 5
Le Grimp (image d'illustration) ©Raphael Bastide
 

La formation des pompiers du GRIMP


La formation et les conditions d'exercice du GRIMP sont définies par un Guide national de référence (GNR).

La formation à la spécialité GRIMP est ouverte à tous les sapeurs-pompiers volontaires et professionnels, sur demande auprès du STIS (Service Territorial d'Incendie et de Secours). Certaines formations externes aux sapeurs-pompiers (brevet d'État de montagne, brevet fédéral de spéléologie...) peuvent donner droit à une équivalence.