publicité

Le Premier ministre d’Haïti renvoyé par la Chambre des Députés

Jean-Henry Céant, Premier ministre d’Haïti, a été convoqué simultanément par le Sénat et la Chambre des Députés pour une demande d’explication sur sa politique. Pendant qu'il attendait son audition au Sénat, une majorité des députes a voté, lundi (18 mars), pour son renvoi par contumace.

Jean-Henry Céant © twitter
© twitter Jean-Henry Céant
  • Par Caroline Popovic
  • Publié le , mis à jour le
Les actions de la Chambre des Députés semblaient être bien préparées. Lundi (18 mars), Jean-Henry Céant, le Premier ministre d’Haïti, était convoqué le même jour par le Sénat et la Chambre des Députés pour une séance d’interpellation. Les élus des deux chambres voulaient des explications du premier ministre.

Le Sénat attendait des informations sur la libération et le transfert, vers les États-Unis, de sept étrangers arrêtés, le dimanche 17 février 2019, en possession d’armes lourdes. Pour leur part, les députés accusaient le gouvernement de Jean-Henry Céant de ne pas respecter les objectifs présentés au Parlement en septembre dernier lors de sa prise de fonctions.

Selon des médias haïtiens, le mandat de Jean-Henry Céant "a été marqué par une insécurité jamais vue depuis le départ d’Aristide en 2004, une inflation galopante qui dépasse le taux de 15 %, une dévaluation accélérée de la gourde, et une pagaille totale au sein du gouvernement".
 

Six mois au pouvoir


Jean-Henry Céant n’a pu s’exprimer ni au Sénat (faute d’un quorum), ni à la Chambre des Députés, car il était au Sénat. L’assemblée nationale n’a pas pris en compte la lettre d’absence de Jean-Henry Céant arguant qu’il se trouvait au Sénat pour répondre à une autre interpellation.

Avec 93 voix pour le renvoi, 6 voix contre le renvoi et 3 voix d’abstention, le Premier ministre et son gouvernement, en place depuis seulement 6 mois, a été renvoyé in absentia.

"Les résultats de la séance lui seront communiqués", a déclaré le député Gary Bodeau.

C’était illégal. C’était anticonstitutionnel, a déclaré le député Bertrand Sinal, l’un des six à voter contre le renvoi du gouvernement.


Le président d’Haïti Jovenel Moise doit nommer un nouveau premier ministre.
En attendant, Jean-Henry Céant et son cabinet assureront les affaires courantes du gouvernement. Le Sénat veut toujours auditionner le Premier ministre. Une nouvelle séance d’interpellation a été programmée mercredi 20 mars 2019.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play