Prison : la Martinique est concernée par un vaste de plan de recrutements de surveillants

justice
Prison
©Pixabay
Face aux besoins exprimés régulièrement par les syndicats, le gouvernement procède en ce moment à un plan massif de recrutement de surveillants de prisons. Les martiniquais intéressés peuvent faire acte de candidature en ligne, comme dans les autres régions de France. 
Depuis des années, les organisations syndicales réclament des moyens supplémentaires pour les maisons d'arrêt. C'est le cas en particulier aux Antilles-Guyane, où la population carcérale est nettement supérieure à la capacité d'accueil des établissements des ces trois territoires.
 

Recrutement de 18 à 45 ans


Ce concours externe est ouvert aux personnes de nationalité française, âgées entre 18 et 45 ans, titulaires d’un brevet des collèges, d’un CAP ou d’un BEP.
Les filles et garçons intéressés doivent être en possession de leurs "droits civiques et d’un casier judiciaire vierge".

Le surveillant pénitentiaire est l’acteur principal de la détention. Il est "l'interlocuteur privilégié des personnes détenues et les accompagne au quotidien"
 

Vous serez garant de la sécurité et œuvrerez à transformer et à protéger des vies. Vous serez un acteur de la réinsertion des personnes détenues, en collaboration avec les personnels pénitentiaires d’insertion et de probation.

(Ministère de la justice)

Surveillants de prison
©Cap Facebook /ministère de la justice

Un métier d’autorité et d’écoute


Au quotidien, le surveillant de prison vieille entre autres, au calme entre détenus, inspecte les cellules, réalise des fouilles…
L’agent intervient également dans la chaîne de réinsertion, en dialoguant avec les prisonniers, en incitant ces derniers à apprendre ou à réapprendre les règles du vivre ensemble.

Ce fonctionnaire est aussi amené à accompagner ces détenus dans leurs activités (travail, cours…), ou encore à les orienter dans la gestion de leurs requêtes,  une contribution qui participe de "la socialisation de la personne détenue durant sa peine".
 

Votre savoir-être, votre capacité à prendre du recul et votre intégrité seront des qualités essentielles pour mener à bien vos missions.

Les surveillants ont un devoir d’exemplarité vis-à-vis des personnes détenues, et comme tous les personnels pénitentiaires, ils sont soumis au code de déontologie du service public pénitentiaire.

(Ministère de la justice)

Surveillants de la prison de Fleury-Mérogis
Surveillants de la prison de Fleury-Mérogis ©Julien Mattia / NurPhoto

Une carrière qui évolue 


Le sens de l’écoute, la stabilité, l’aptitude à travailler de jour comme de nuit, la rigueur et l’impartialité, sont des qualités indispensables pour exercer cette profession.

Les agents ont également l’opportunité d’évoluer au sein de ce corps de métier. De surveillant à major, de lieutenant à commandant pénitentiaire, ils ont la possibilité d’accéder à différents niveaux de responsabilité.
 

Plus de 1100 euros à l’issue du concours


Une fois le concours en poche, le  titulaire gagne 1164 euros durant sa formation rémunérée durant 6 mois (hors primes de stage).
Après sa titularisation, le surveillant débute sa carrière à 1584 €, un salaire qui peut atteindre 2592 € au grade de major.

Cette rémunération nette mensuelle (selon le barème en vigueur depuis le 1er janvier 2020), comprend les primes liées aux fonctions (PSS, ICP), mais ne prend pas en compte les heures supplémentaires, dimanche et jours fériés, ainsi que les nuits et les primes liées à la situation familiale ou géographique.

Les candidatures sont reçues en ligne en ce moment sur le site lajusticerecrute.fr
Les Outre-mer en continu
Accéder au live