Le procès des "nationalistes Guadeloupéens" joué au festival culturel de Fort-de-France

théâtre
Théâtre : l'impossible procès
dernière répétition pour les comédiens de l'impossible procès (18 juillet 2018) ©Martinique la 1ère
"L'impossible procès" ou le procès des nationalistes Guadeloupéens est joué au 47e festival culturel de Fort-de-France. Le texte de Guy Lafages, adapté et mis en scène par Luc Saint-Eloy est présenté au public le jeudi 19 et le vendredi 20 juillet  au Théâtre Aimé Césaire à Fort-de-France. 
C'est une pièce guadeloupéenne qui est jouée ce jeudi 19 juillet et vendredi 20 juillet  à 19 h 30 au Théâtre Aimé Césaire de Fort-de-France .
 

Le procès de patriotes Guadeloupéens


Cette pièce relate le procès de 18 patriotes guadeloupéens, traduits devant la cour de sûreté de l'État. Ils sont accusés d'atteinte à l'intégrité nationale.
Les 12 jours d'audience ont démontré l'incapacité de la justice française à soutenir l'acte d'accusation. 

Tous les éléments de ce procès se retrouvent dans le livre "L'impossible procès". Cette pièce écrite par Guy Lafages a été publiée au mois de mars 2018 à l'occasion du cinquantenaire de l'affaire.
La première représentation de la pièce se déroule au festival culturel de Fort-de-France.
 

​Soupçonnés d'avoir fomenté des troubles


Quinze comédiens sont sur la scène et nous font revivre ce procès historique. Nous sommes en 1967, au mois de mai, des ouvriers du bâtiment réclament une augmentation salariale de 2%.
La grève se transforme en une répression qui marque encore de nos jours la mémoire collective guadeloupéenne. On dénombre huit morts, mais tout porte à croire que ce chiffre a été largement sous estimé. Après cette tuerie, les grévistes ont obtenu une revalorisation de leur salaire de l'ordre de 25 %
L'État attaquera par la suite 26 personnes membre de mouvements nationalistes. Ils sont soupçonnées d'avoir fomenter ces troubles. Ainsi commence l'impossible procès.

Voir extrait répétition et présentation par le metteur en scène