martinique
info locale

Que doivent faire les martiniquais en attendant la Gold Cup 2021 ?

football
L'équipe de Martinique de football
La photo officielle de la sélection de Martinique pour la Gold Cup 2019. ©LFM
La sélection de la Martinique de football est qualifiée pour la prochaine Gold Cup, grâce à la victoire du Honduras face à Trinidad (dimanche 17 novembre). Les martiniquais doivent mettre à profit l'attente d'un an et demi qui se profile.
"En route pour les USA". C'est comme cela que le compte twitter officiel de la sélection de football annonçait sa qualification à la Gold Cup 2021. Il aura fallu le dernier match de ce groupe C de la Ligue A, entre le Honduras et Trinidad, pour obtenir son billet pour les États-Unis. En attendant 2021, le calendrier offre aux martiniquais une occasion unique de préparer la compétition américano-caribéenne. Il faut commencer par se pencher sur le groupe. Certains cadres de la sélection, les trentenaires surtout, s'interrogeaient sur la suite à donner à leur carrière internationale ? Maintenant que la qualification est obtenue, continueront-ils pour un nouveau cycle de deux ans ?

L'autre grande problématique est celle des joueurs professionnels. Entre juin et novembre 2019, Mario Bocaly, le sélectionneur, a appelé une dizaine de professionnels comme Joris Marveaux, Julio Donisa, Samuel Camille ou encore Kévin Fortuné. Ces prochains mois seront l’occasion de les fidéliser un peu plus mais aussi d’en appeler d’autres. La qualification à la Gold Cup est sans aucun doute un argument supplémentaire pour convaincre les clubs de libérer leurs joueurs.
 

Jouer des matchs amicaux de haut niveau


La Gold Cup, c'est très bien. Mais 2021, c'est très loin. La sélection devra s’occuper en organisant des matchs amicaux. La Ligue pourrait, par exemple, relancer le Tournoi des Quatre qui avait réuni en 2018 la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et la Corse. Mais ce genre d'événement n’est évidemment pas suffisant. Se contenter d’opposition contre des équipes de Régional 1 ne l’est plus, non plus. Il faut monter le niveau d’un cran et rechercher des équipes centraméricaines. C’est en tout cas le souhait maintes fois formulé par Mario Bocaly.

Enfin, il faut pérenniser le financement de la sélection. Jouer des matchs amicaux de haut niveau coûtera forcément cher, tout comme la préparation et le voyage aux États-Unis. Cette année, la ligue de football avait lancé une cagnotte participative qui s'est avérée insuffisante. Le budget de la Gold Cup 2019 avait été bouclé au dernier moment grâce à la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique). La LFM a désormais près de deux ans pour construire un modèle économique.
Publicité