Retour à l'école le 11 mai 2020 : les syndicats des enseignants de Martinique, réclament des conditions

éducation
Syndicats enseignants
Les syndicats des enseignants (février 2020), à Fort-de-France. ©Martinique la 1ère
Le SNES et le SE, prennent bonne note de l'intention du chef de l'Etat, qui prévoit la réouverture notamment des écoles, le 11 mai 2020. Mais les représentants syndicaux réclament des conditions d'hygiène et de sécurité.
"S'il va de soi que l'ensemble des communautés souhaite reprendre le travail avec les élèves", commentent les représentants du SNES/FSU*, mais les conditions de la reprise suscitent quelques interrogations.

Par exemple dans le second degré, outre le nettoyage approfondie des salles de classes, un dépistage systématique des élèves et des enseignants est à prévoir, espère syndicat majoritaire chez les enseignants.Point de vue très proche au SE/UNSA, sous le titre "retour à l'école le 11 mai : dans quelles conditions ?", l'organisation note que l'Éducation nationale et le rectorat de Martinique disposent de 4 semaines pour préparer ce déconfinement.  

Marie-Michèle Toussaint, secrétaire générale du SE/UNSA passe en revue les principaux aspects des mesures d'hygiène et de sécurité, dans le contexte de coupures d'eau potable, en raison de la sécheresse.
"Notre prise de position vise la protection des élèves, des personnels, mais aussi indirectement celle des parents", précise-t-elle.
 SNES (Syndicat National des Enseignants de Second Degré Général et Technique)
FSU (Fédération syndicale unitaire)
SE (Syndicat des Enseignants)
UNSA (Union nationale des syndicats autonomes)