publicité

Risques naturels : vers une salutaire prise de conscience ?

La survenance d’une nouveaux lahars au Prêcheur en ce mois de janvier 2018 est l’occasion d’une prise de conscience de notre extrême fragilité face aux manifestations prévisibles de la nature. Du moins, c’est à espérer.

Les coulées de boue dans la rivière des Abymes au Prêcheur. © Martinique La 1ère
© Martinique La 1ère Les coulées de boue dans la rivière des Abymes au Prêcheur.
  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le
Les habitants du Prêcheur l’ont échappé belle, au prix d’une belle frayeur pour certains. La série de lahars ayant déferlé dans le lit de la rivière des Abymes a épargné la population et provoqué des dégâts matériels mineurs. Qui sait si nous pourrons tirer le même bilan la prochaine fois ?

En 2010, une coulée de boue avait entraîné le pont enjambant la rivière Abymes. En 1952, un quartier entier avait été enseveli par une crue. Il reste à savoir à quoi s’attendre la prochaine fois. Car une autre catastrophe naturelle surviendra un jour ou l’autre, ici ou là. Si ce n’est pas une coulée de boue au Prêcheur, ce sera une autre catastrophe. Au choix : une inondation extrême, un ouragan dévastateur, un tsunami, un séisme majeur ou pire, une éruption volcanique. Notre île est soumise à la totalité des aléas naturels. Il convient de vivre avec cette réalité.
Le gué de la rivière des Pères entre Prêcheur et Saint-Pierre © Martinique La 1ère
© Martinique La 1ère Le gué de la rivière des Pères entre Prêcheur et Saint-Pierre
Habitat menacé, activité économique et sociale perturbée, crise sanitaire ou humanitaire, déplacement de réfugiés climatiques à l’intérieur du territoire, nous ne sommes à l’abri d’aucun des conséquences de ces catastrophes. Nous le savons tous parfaitement. Nos responsables politiques et administratifs en sont conscients.

Pourtant, rien ne bouge, ou si peu. Nous restons prisonniers de la ville coloniale : le bourg construit autour du clocher, de la caserne puis de la mairie avec les exploitations agricoles en périphérie. Il n’est que de se promener avec  attention dans les communes du littoral pour constater cette organisation de l’espace qui ne convient pas à la vie d’aujourd’hui.

Nous restons prisonniers aussi de la ville des années d’expansion de l’après-guerre : des lotissements et des logements sociaux sans lien avec le bourg, un mitage de l’arrière-pays par des constructions anarchiques, un tissue urbain spontané. Des correctifs sont désormais portés, mais il est fréquent de trouver des villas ou des immeubles édifiés au bord d’une rivière, à deux pas de la mer, ou en surplomb d’une colline.
 quelque chose malheur est bon", dit l’adage. Et si la révolution de nos comportements prenait naissance au Prêcheur ?

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play