martinique
info locale

Sainte-Lucie : l’Église catholique condamne un projet de développement touristique

monde
Pearl of the Caribbean
©DESERT STAR HOLDINGS
À Sainte-Lucie, l’Église catholique sort de sa réserve habituelle pour condamner un projet de développement à Vieux-Fort dans le sud de l’île. Selon Robert Rivas, l’Archevêque de Castries, le projet aura un impact négatif sur les habitants et sur l’environnement.
Après consultation avec le clergé, Robert Rivas, l’Archevêque de Castries, a déclaré que le projet nommé "Pearl of the Caribbean", déplacera les habitants de Vieux-Fort. La population du sud de l'île sera également privée d’accès au plus grand lieu de récréation, la plage de Pointe Sable.

Les agriculteurs, les marins-pêcheurs, les sportifs, les petits entrepreneurs et même les touristes seront tous affectés d’une manière négative par ce projet.
"Pearl of the Caribbean" est un développement de 2,6 milliards de dollars, porté par un promoteur chinois. Sur 325 hectares de terrain, le promoteur veut construire un hippodrome, plusieurs hôtels 5 étoiles, un casino et une marina.


Des dégâts irréversibles

Mais l’Archevêque de Castries estime que le projet fera des dégâts irréversibles sur les ressources naturelles de Vieux-Fort. Il cite à titre d’exemple, le pont-jetée qui va relier Sainte-Lucie aux Îlets Maria situés près de la côte de Vieux-Fort. Ces îlets sont des réserves naturelles qui hébergent des espèces de flore et de faune endémiques à cet endroit.
Les Ilets Maria et la plage Pointe Sable
Les Ilets Maria et la plage Pointe Sable ©National Trust

L’église s’oppose également à la carte blanche accordée au promoteur chinois en termes d’emploi. Le promoteur aura le droit d’embaucher des ouvriers de n’importe quel pays au monde. Aucun saint lucien n’est garanti d’emploi.

 

 Il faut donner la priorité aux pauvres et aux vulnérables, respecter leurs droits fondamentaux et respecter la terre, déclare l’Archevêque Robert Rivas.

L’Archevêque de Castries cite la circulaire du Pape François publié en 2015, dans laquelle le Saint-Père critique la consommation acharnée, le développement irresponsable et la dégradation de l’environnement.

"La myopie de la puissance politique retarde l’inclusion d’un programme environnemental clairvoyant dans les agendas des gouvernements", écrit le Pape François.

À Sainte-Lucie, l’Église catholique incite les citoyens à exercer une pression sur la classe politique pour la mise en place de loi pour la protection de l’environnement.
Publicité