publicité

Sainte-Lucie veut booster sa production de bananes

Sainte-Lucie souhaite produire à nouveau 35.000 tonnes de bananes par an. L’épidémie de cercosporiose et la suppression de l’aide européenne avaient provoqué un net recul de ce niveau de production. Le ministre de l’agriculture veut rectifier le tir.

Banane: Sainte Lucie veut retrouver son niveau de production d'antan © JCS
© JCS Banane: Sainte Lucie veut retrouver son niveau de production d'antan
  • Par Maurice Nagou
  • Publié le
Ezéchiel Joseph, le ministre de l’agriculture de Sainte-Lucie, a voulu partager avec force son optimisme quant à la relance de l'industrie de la banane lors d’une intervention vigoureuse à la session budgétaire du parlement. Il a pris acte du déclin spectaculaire de la production de bananes dans l’île ces dernières décennies. Une régression liée aux sévères conditions climatologiques, aux ravages de la cercosporiose et à la réduction (puis suppression) de l’aide européenne.
 

"il n’y a pas d’autre alternative que la banane"


Mais aujourd’hui Ezéchiel Joseph est un ardent partisan de la relance de cette culture et se dit confiant de son avenir. “Nous pouvons ramener le niveau de production annuel à ce qu’il était entre 2006 et 2011, c’est à dire les 35.000 tonnes” a-t-il déclaré. “ Si l’on peut atteindre ce chiffre, cela va représenter entre 50 et 70 millions de dollars supplémentaires en circulation dans l’économie rurale.
Le ministre a estimé également que seule l’industrie de la banane peut fournir un tel niveau de sécurité de revenu hebdomadaire aux agriculteurs. A l’horizon, il n’y a pas d’autre alternative que la banane.
 

Pour quel marché ?


Avec une expérience vieille de 60 ans, Saint Lucie dispose des structures matérielles et administratives qui lui permettront de revitaliser l’activité banane. Il existe encore des possibilités d’ouverture au Royaume Uni, la demande est réelle.
Des discussions seraient déjà en cours à Londres avec des importateurs. Et la labellisation du produit est à l’étude ainsi que la programmation d’une campagne de marketing.
Ezéchiel Joseph a également évoqué le marché Français. Pas la Martinique a t-il tenu à préciser à ceux qui avaient mal compris. “ J’ai parlé de la France, pas la Martinique. Car la Martinique est un pays producteur et exportateur de bananes”.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play