martinique
info locale

L'hôtel Batelière reste gestionnaire de sa plage à Schoelcher

justice schoelcher
Lili's restaurant
©Martiniquela1ere
L'AOT (Autorisation d'occupation temporaire) pour l'exploitation du site de 3000 m2 situé sur le domaine public maritime de la plage de Schoelcher a été attribué à l'hôtel la Batelière. Informé officieusement, le gérant du Lili's attend le courrier des autorités administratives avant de réagir. 
Les 45 employés du bar-restaurant de la plage le Lili's attendaient avec impatience une décision de l’État. La direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement devait en effet se prononcer sur l'attribution d'une nouvelle AOT (Autorisation d’Occupation Temporaire) pour l’exploitation du site de bar et restauration crée il y a une dizaine d'années.

Les gérants actuels de l'hôtel La Batelière à Schoelcher, sous-traitaient la gestion de ce bel espace de 3200 m2 et s'était aussi positionnés pour son exploitation. 
Site plage Schoelcher La Batelière
©Martinique la 1 ère
La dernière AOT expirait en effet le 31 décembre 2019 et  l’Etat devait donc trancher entre ces deux demandes. 

Les dossiers de candidature ont été instruits par la DEAL (Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement). Cette parcelle est en effet située sur le domaine public maritime.

Le préfet a fait connaître sa décision hier (jeudi 21 février 2020). L'exploitation reviendra à l'hôtel de Schoelcher.

Un projet d'arrêté doit être soumis aux autorités compétentes et à la mairie de Schoelcher. 

Les gérants actuels du Lili's ont été informés officieusement de cette décision, ils ont confirmé l'information mais attendent le courrier officiel avant de réagir.
Leur avocat Me Gérard Granvorka nous a précisé avoir appris cette nouvelle par ses clients. 

De son côté, le directeur de l'hôtel la Batelière Sébastien Gintz exprime sa satisfaction "Nous souhaitons que la passation se passe correctement. Le site sera rénové avant d'ouvrir un restaurant haut de gamme". 

A réception de l'arrêté, le gérant du bar-restaurant actuel disposera d'un délai de 4 mois pour quitter les lieux.

Pour l'heure, aucune décision n'a été prise sur un éventuel recours en justice.