publicité

Sénatoriales : les candidatures affluent lentement mais sûrement

Le registre d’inscription aux élections sénatoriales sera ouvert du lundi 4 au vendredi 8 septembre. Pour le moment, 9 personnalités ont déclaré leur intention de briguer les suffrages des 860 grands électeurs.

(En haut), Catherine Conconne, Yvon Pacquit, Jenny Dulys-Petit, Maurice Antiste.
(En bas) Joseph Virassamy, Maurice Bonté, Athanase Jeanne-Rose et Edithe Velayoudon (manque la photo d'Erick Valère qui est aussi candidat déclaré) © Martinique 1ère
© Martinique 1ère (En haut), Catherine Conconne, Yvon Pacquit, Jenny Dulys-Petit, Maurice Antiste. (En bas) Joseph Virassamy, Maurice Bonté, Athanase Jeanne-Rose et Edithe Velayoudon (manque la photo d'Erick Valère qui est aussi candidat déclaré)
  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le
Ils et elles se comptent déjà 9 sur la ligne de départ afin de pourvoir les deux sièges attribués à la Martinique au Sénat. La coalition Ensemble pour une Martinique nouvelle (EPMN) a donné son investiture à Catherine Conconne, 2adjointe au maire de Fort-de-France, et à Maurice Antiste, maire du François, l’un des deux sortants. L’autre, Serge Larcher, ne se représente pas.
 
La République en marche a désigné Jenny Dulys-Petit, maire du Morne-Rouge, pourtant membre d’EPMN. Candidate à la candidature au sein de cette coalition, elle n’a pas été retenue et s’est adressée au mouvement créé par le président Macron. Deux autres militants du PPM partent à la bataille en candidats libres. Athanase Jeanne-Rose, maire de Saint-Joseph et président de la CACEM, estime que son heure est venue de briguer un mandat parlementaire. Yvon Pacquit, 1er adjoint au maire de Fort-de-France se présente en dépit de la décision des instances de sa formation, qu’il estime injuste.
 
Les Républicains ont chargé Edithe Vélayoudon de les représenter. Elle a été la suppléante de Yan Monplaisir aux dernières législatives. Sans mandat électif, elle espère siéger au sein du groupe actuellement majoritaire. Pour la fédération socialiste, c’est Joseph Virassamy qui se lance. Il compte faire annuler la création de la Collectivité Territoriale de Martinique, illégale, selon lui. Mentionnons aussi Maurice Bonté, maire d’Ajoupa Bouillon et président de l’Association des maires.
 
Plusieurs formations n’ont pas encore dévoilé leur stratégie. Le Rassemblement démocratique pour la Martinique (RDM) de Claude Lise va se prononcer incessamment. Il est susceptible de soutenir Erick Valère, conseiller municipal du Lamentin. Le MIM ne se montre pas trop pressé non plus. Une simple analyse montre que la coalition EPMN et les élus sans étiquette composent une bonne proportion des 860 membres du corps électoral qui choisit les sénateurs.
 
En clair : rien n’est joué. Résultat dans un mois, dimanche 24 septembre. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play