Septaine, test obligatoire, à quoi doivent s'attendre les voyageurs ?

coronavirus
Aéroport
©Pixabay
La ministre des Outre-mer a annoncé qu'à partir du 22 juin 2020, fini les motifs impérieux pour se rendre dans les Outre-mer. Mais en attendant, qui peut voyager ? Dans quelles conditions ? Et à partir du 22 juin qu'est-ce qui va changer ? 
Catherine est fonctionnaire à Paris. Elle attendait ses congés bonifiés depuis 3 ans. Son départ a été fixé depuis des mois, au 20 juin 2020. Avec ses deux enfants, elle veut absolument effectuer une septaine (quarantaine de 7 jours) pour protéger la population et bien sûr sa famille.

Mais elle n'aura pas à le faire. Car elle ne peut pas voyager. Elle n'en a tout simplement pas le droit...Même à deux jours près. Car jusqu'au 22  juin 2020, il est interdit de voyager entre la France et les départements d'Outre-mer sauf, "motif impérieux".

Ces motifs sont très encadrés. Il y en a exactement 3 :
   - Pour rapprochement familial (par exemple les étudiants qui rentrent chez leurs parents)
   - Pour raison de santé
   - Pour le travail

Catherine doit donc reporter la date de son départ d'au moins 2 jours.

À partir du 22 juin 2020 effectivement ces trois seuls motifs de voyage entre la France et la Martinique ou encore la Guadeloupe et la Réunion, sautent. C'est comme rouvrir les frontières. 


Quel est le protocole pour voyager avant le 22 juin 2020 ?


D'ici à ce que les "motifs impérieux" disparaissent, les règles sont les suivantes :

Tout voyageur doit effectuer un test Covid-19, 72 heures avant son départ. Un certificat attestant de la non contamination est demandé à l'atterrissage par la Police Aux Frontières. Un agent de la préfecture est sur place tous les jours.

Celui-ci oriente, entre autres, les nouveaux arrivés vers le centre d'hébergement qui accueille les voyageurs désireux de faire leur septaine dans un lieu neutre. Les autres, plus de 80% des voyageurs, préfèrent rentrer chez ou aller dans leur famille.


Quelles seront les règles après le 22 juin ?


Le Premier ministre Édouard Philippe doit les présenter le lundi 22 juin 2020. Mais d'ores et déjà, selon la préfecture de Martinique, le fait que les motifs impérieux soient supprimés devrait être suivie d'une augmentation  du nombre de vols mais aussi de places à bord des avions. Limitée aujourd'hui à 200, cette restriction devrait être levée.

Avec la fin des motifs impérieux, et le tourisme à sauver, la septaine devrait également être abandonnée. Quid donc du centre d'hébergement ? Pour l'instant, la préfecture n'a pas su répondre à cette question. 

Pour ce qui est des aéroports, Orly devrait rouvrir le 26 juin 2020. Roissy Charles De Gaulle reste opérationnel.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live