publicité

Et si la yole rentrait au patrimoine immatériel de l’Unesco ?

Inscrire la yole au patrimoine immatériel de l’Unesco ! C’est le projet d'Edouard Tinaugus qui a invité un conseiller de la France à l’Unesco (samedi 14 juillet), lors d'une course à Trinité, pour se rendre compte de ce que représente la yole pour les martiniquais.

Les yoles dans la ville de Trinité (14 juillet 2018). © Alain Livori
© Alain Livori Les yoles dans la ville de Trinité (14 juillet 2018).
  • Alain Livori
  • Publié le
Inscrire la yole au patrimoine immatériel de l’Unesco, c’est le dossier que porte le martiniquais Edouard Tinaugus. Hier matin (samedi 14 juillet 2018), lors de la dernière manche du championnat à Trinité, il a invité Pierre-Yves kervennal, un conseiller de la France à l’Unesco, à assister a une course pour se rendre compte de ce que représente la yole pour les martiniquais.
 

Il faudra être patient !


L'ambition est de promouvoir la yole à travers le monde en lui permettant de bénéficier d’un label internationalement reconnu. Pierre-Yves kervennal devra défendre le dossier de la Martinique, notamment auprès du Ministre de la culture.
 

Très bon accueil en Martinique


La fédération des yoles et les patrons voient d’un bon œil cette volonté d’inscrire la yole à l’Unesco. Mais rien n'est joué, cela peut être long et prendre plusieurs années. En effet, la France ne peut présenter qu’un seul sujet tous les deux ans à l’inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco et il y a plusieurs dizaines de dossiers à l’étude...il faudra être patient. 1 531 643 403
UFR/Chanflor champion 2018

À l'issue de la dernière manche du championnat (samedi 14 juillet 2018) à Trinité, c'est la yole Ufr/chanflor qui gagne le titre.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play