Suite à un impact de foudre, l'observatoire volcanologique tourne au ralenti

risques naturels
Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique
©OVSM-IPGP
L’observatoire volcanologique et sismologique tourne au ralenti depuis quasiment une semaine à la suite d’un impact de foudre sur les installations du Morne-des-Cadets. Les techniciens travaillent d’arrache-pied pour un retour à une situation normale. En attendant la Guadeloupe veille sur nous.

L’ancien bâtiment de l’observatoire volcanologique et sismique de la Martinique (OVSM) situé au Morne-des-Cadets a subi l’impact de la foudre dans la nuit du 29 au 30 juin 2021. Conséquence de cette foudre, des systèmes informatiques qui étaient encore hébergés dans l’ancien observatoire sont hors d’usage.

Autre conséquence, la veille sismique des événements tectoniques est pour l’heure réalisés par l’observatoire volcanologique et sismologique de la Guadeloupe.

 

L'observatoire de Guadeloupe a pris le relais sur la veille

Depuis cet événement, les équipes techniques sont à pied d’œuvre

On a commencé à récupérer quelques capteurs et nous sommes désormais dans une phase intense de réparation. Les techniciens de la CTM interviennent également. Nous pouvons fonctionner puisque certaines stations sont revenues mais nous n’avons pas récupéré tout notre potentiel.

Fabrice Fontaine, directeur de l'Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique

Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique Morne des Cadets
Des systèmes informatiques qui étaient encore hébergés dans l’ancien observatoire sont hors d’usage, ce qui impacte les missions de l'OVSM. ©OVSM-IPGP

La foudre est donc tombée dans la nuit du 29 au 30 juin et l’OVSM a subi les conséquences du passage de l’ouragan Elsa qui a retardé les interventions des équipes techniques appelées à réparer les dégâts techniques.

Même si nous avions du matériel spécifique dans le back-up de l’OVSM et que des diagnostics ont pu être réalisés, la phase de réparation est encore en cours. Les techniciens ont entamé les chantiers électriques et sont même venus samedi (3 juillet 2021). Nous espérons récupérer l’essentiel de nos possibilités techniques dans les meilleurs délais.

Fabrice Fontaine, directeur de l'OVSM

 

Après le diagnostic, place à la phase intense de réparations

A propos de la surveillance volcanologique de la Montagne Pelée, les données d’environ 64% du réseau de station sismique et 50% du réseau de détection de déformation du volcan sont actuellement indisponibles en raison des dégâts générés par la foudre sur les équipements de transmission eux aussi toujours hébergés dans l’ancien bâtiment.

Les équipes de l’OVSM et de l’institut de physique du globe de Paris (IPGP) unissent leurs efforts pour rétablir la situation.

Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique
Les équipes de l’OVSM en liaison avec leurs homologues de l’institut de physique du globe de Paris (IPGP) unissent leurs efforts pour rétablir la situation et faire en sorte que l'observatoire de Saint-Pierre retrouve tout son potentiel. ©CTM

L’OVSM n’a donc pu fournir son bilan hebdomadaire (25 juin au 2 juillet) de la surveillance de la montagne Pelée puisque les appareils ont été hors d’usage le 30 juin.

Il a toutefois été relevé entre le 25 et le 30 juin une augmentation du nombre de séismes de type volcano-tectonique par apport aux quatre dernières semaines avec au moins 50 événements de magnitude ou inférieure à 0.7. Dans son communiqué, l’OVSM indique toutefois qu’aucun de ces séismes n’a été ressenti par la population. Les techniciens ont aussi révélé qu’un séisme isolé de type longue période a été enregistré entre le 25 et le 30 juin.

À la suite de cet incident important, les équipes de l’OVSM installées dans le nouvel observatoire sur le territoire de Saint-Pierre, se sont également préparées pour la saison cyclonique avec l’espoir de retrouver au plus vite le plein potentiel de l’observatoire de Blondel à Morne-la-Rosette.