publicité

Le syndicat CSTM annonce une grève générale en Martinique

Plus d'une centaine de délégués syndicaux de la CSTM étaient réunis ce mardi 12 mars 2019 à la maison des syndicats à Fort-de-France. Une conférence de presse annoncée pour faire le point sur les différents conflits en cours. Le syndicat annonce une forte mobilisation. 

Les dirigeants de la CSTM à la maison des syndicats (12 mars 2019). © Martinique la 1ère
© Martinique la 1ère Les dirigeants de la CSTM à la maison des syndicats (12 mars 2019).
  • Martinique la 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Selon Bertrand Cambusy, secrétaire général de la CSTM, "la population doit se préparer au pire". Lors de la conférence de presse, plus d'une centaine de délégués syndicaux de la CSTM étaient réunis ce mardi 12 mars 2019 à la maison des syndicats à Fort-de-France.

Bertrand Cambusy a voulu dénoncer le "lynchage et la diabolisation" dont il se dit victime pendant le carnaval.  
Il annonce un préavis de grève générale la semaine prochaine pour soutenir les 9 salariés de la société Sotravom menacés de licenciement, mais également par rapport aux attaques dont la CSTM se dit victime.
Bertrand Cambusy lors de la conférence de presse de la CSTM. © PYH
© PYH Bertrand Cambusy lors de la conférence de presse de la CSTM.
Concernant les plaintes, le secrétaire général de la CSTM s'est également exprimé. "Ce dossier est entre les mains de nos conseils. Ma famille et moi ferons tout ce qu'il faut. Bien entendu il y a des personnes identifiées. Il y a de ceux qui avaient à venir dire tout ce que vous voulez, mais quand ils ont entendu que je déposais une plainte, ils ont immédiatement supprimé les élèments de leurs pages, mais nous avons toutes les vidéos", annonce-t-il. 

"De même que l'association des usagers qui a manifesté un samedi devant la maison des syndicats avec une pancarte indiquant Cambusy assassin. Si j'étais dans une manifestation de rue et que j'avais inscrit Hayot assassin ou Rule (patron de la Sotravom), assassin, je serais déjà devant les tribunaux. Là aussi, il y aura des suites judiciaires. Au delà des convictions, je n'ai jamais insulté un patron", poursuit-il.  

Le préavis de grève sera effectif dans cinq jours. Le syndicat n'a pas encore indiqué qu'elle forme prendra la mobilisation. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play