Un pétrolier vénézuélien serait en danger de couler près de Trinidad et Tobago

océan atlantique
Trinidad et Tobago naufrage petrolier
Le FSO Nabarima serait en train de couler près des cotes de Trinidad et Tobago ©ffos
L’Association des marins-pêcheurs et des amis de la mer a alerté les autorités de Trinidad et Tobago du danger d’une marée noire près des côtes. La menace vient d'un pétrolier vénézuélien, le Nabarima, qui accuse une forte gîte. Il s'agit d'une fausse information selon le Venezuela.
 
L’association des marins-pêcheurs et des amis de la mer (FFOS) demande au gouvernement de Trinidad et Tobago d’expédier une délégation pour inspecter la condition du FSO Nabarima. Cette FSO (Unité Flottante de Stockage et de Déchargement d’Hydrocarbures), est ancrée dans la Golfe de Paria, partagé entre Trinidad et Tobago et le Venezuela.

Le pétrolier FSO Nabarima, construit en 2005, contient plus d'1,3 million de barils de pétrole, d’une valeur actuelle de 300 millions de dollars.

Le pétrole appartient conjointement à PDVSA, compagnie pétrolière de l’état de Venezuela et Eni SpA, une entreprise italienne. Depuis un an, le pétrolier est immobilisé à cause des sanctions des États-Unis imposées au Venezuela.


État dégradé du pétrolier


Le porte-parole de l’entreprise italienne affirme son intention de vider le pétrolier de son cargaison d’hydrocarbures. On attend le feu vert de Washington afin d’éviter des sanctions.

La forte gite est estimée à 8%. Déjà au mois d'août, l’eau de mer a inondé la salle des machines. Eudis Girot, directeur de la Fédération des Travailleurs Pétroliers de Venezuela (Futpve) a dénoncé le mauvais état du pétrolier et la détérioration de l’équipement. Le directeur de PDVSA, Pedro Figuera a écrit sur son compte Twitter qu'après des travaux de stabilisation effectués en septembre 2020, le Nabarima était à nouveau conforme aux normes internationales de sécurité.

Des récits contradictoires


L’association des marins-pêcheurs et des amis de la mer estime que le FSO Nabarima pose un danger important à Trinidad et Tobago.
L’ambassade du Venezuela à Trinidad et Tobago a déclaré que la photo postée par l'association est de la ''propagande'' et une ''fake news''. Elle aurait été prise bien avant des travaux de stabilisation.

Le ministre des affaires étrangères de Trinidad et Tobago a contacté les autorités vénézuéliennes à plusieurs reprises. Son gouvernement veut effectuer sa propre vérification de l'état du pétrolier.

Sans autorisation, nos représentants ne peuvent ni traverser la frontière maritime ni approcher ou accéder à un bien vénézuélien.

Amery Browne ministre des affaires étrangères de Trinidad et Tobago

Le Venezuela a fini par accorder aux experts trinidadiens, un accès au FSO Nabarima. La date de l'inspection est prévue le 20 octobre 2020.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live