Une enquête antiterroriste ouverte sur l'enlèvement au Mali du journaliste d'origine martiniquaise Olivier Dubois

océan indien
Olivier Dubois correspondant pour Le Point Afrique
Olivier Dubois, journaliste indépendant, d'origine martiniquaise enlevé au Mali. ©Jeune Afrique.com

Connu pour être un journaliste aguerri et rigoureux, Olivier Dubois déclare dans une vidéo être entre les mains du GSIM (Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans), une branche locale d'Al Qaïda. Il a été enlevé à Gao (Mali) le 8 avril 2021. 

Une enquête préliminaire pour "enlèvement en bande organisée" et "en relation avec une entreprise terroriste" a été ouverte après l'enlèvement au Mali du journaliste français Olivier Dubois, a appris mercredi l'AFP auprès du parquet national antiterroriste (Pnat), confirmant une information du quotidien le Monde.

Olivier Dubois est d'origine Martiniquaise, âgé de 46 ans et journaliste indépendant.

L'un des premiers soutiens vient de l'ancien otage martiniquais Thierry Dol.

 

 

Olivier Dubois a disparu depuis le 8 avril 2021 alors qu'il cherchait à rentrer en contact avec Iyad Ag Ghali, un chef de guerre touareg et un djihadiste malien. 

"L’homme qu’il voulait rencontrer, Abdallah Ag Albakaye, est un lieutenant de l’organisation islamiste armée, intermédiaire dans la hiérarchie, actif dans la zone de Talataye", a fait savoir mercredi Libération.

Le quotidien avait néanmoins refusé l’interview, la jugeant trop risquée.

Le danger d'informer 

 

Olivier Dubois est journaliste indépendant et collabore régulièrement pour Le Point, Jeune Afrique et Libération.

Nous allons donc passer de l’angoisse à l’espérance. Notre correspondant au Mali, Olivier Dubois, est bien vivant, et la bulle de silence qui entourait sa disparition à Gao, le 8 avril, a éclaté pour laisser place à une vidéo de 21 secondes.

 

Olivier Dubois y parle d’une voix claire, très précise, sans doute un peu trop pour être naturelle, surtout quand ses mains trahissent une grande nervosité. Le décor est tristement familier, tente couleur sable, chèche et tapis vert olive, vaguement militaire : c’est exactement la mise en scène des vidéos des otages précédents au Mali, et tout indique donc qu’il est retenu par un groupe jihadiste. 

 

Le gouvernement français confirme son enlèvement mais il reste à authentifier la vidéo. 

Dans l'un de ces derniers tweets, Olivier Dubois avait rencontré le chef de Dan Na Ambassagou, organisation autonome de lutte contre les djihadistes en Pays dogon.

Youssouf Toloba s’était confié à Olivier Dubois pour Point Afrique.

 

 

 

 

 

Le ministère français des affaires étrangères a brisé le silence, mercredi 5 mai au matin, et officialisé ce que son entourage et tous les bons connaisseurs de la zone sahélienne redoutaient. 

Nous confirmons la disparition au Mali d’Olivier Dubois. Nous sommes en contact avec sa famille ainsi qu’avec les autorités maliennes. Nous procédons aux vérifications techniques d’usage.

Ministère français des affaires étrangères

 

Sept mois après la libération de l’humanitaire Sophie Pétronin, en octobre 2020, la France compte donc un nouvel otage dans le monde.

Les réactions de RSF (reporters sans frontière) et des journalistes Maliens à propos du kidnapping d'Olivier Dubois.

 

 

 

 

 

Pour le moment aucune demande de rançon ne semble être parvenue au gouvernement français.