Une forte augmentation des produits pétroliers en avril est à redouter en raison de la guerre en Ukraine

consommation
Une voiture détruite dans le centre-ville de Kharkiv (Ukraine), le 1er mars 2022. ©SERGEY BOBOK / AFP
Les prix des carburants atteignent de nouveaux records en ce mois de mars 2022. Alors que l'on s'attendait au pire par rapport aux tensions entre l'Ukraine et la Russie, l'augmentation est relative. Mais selon les spécialistes, si le conflit perdure, les premiers effets devraient être forts en avril prochain.

Jamais le carburant n’avait coûté aussi cher. Le prix payé en station-service à partir de ce mardi 1er mars 2022 est de 1,87€ pour le litre de sans-plomb et de 1,67€ pour le litre de gasoil, soit 9 centimes de plus en un mois.

Selon les économistes, cette hausse n'a toutefois rien à voir avec l’intervention russe en Ukraine.

Les hausses du prix des carburants, sans-plomb, gazole, ou celui de la bouteille de gaz sont indépendants au jour d'aujourd'hui de la guerre en Ukraine. Cela arrive de manière concomitante, mais c'est tout à fait indépendant. Le prix du carburant s'établit essentiellement à partir du prix du pétrole brut. Il y a une formule qui permet d'avoir le prix du carburant et elle utilise le prix de la moyenne des 15 premières cotations du mois dernier. Donc pour arrêter le prix du mois de mars, c'est le prix du carburant des 15 premiers jours de février. En revanche, le mois prochain, il est possible que la guerre en Ukraine provoquera une hausse du baril de pétrole dans les 15 premiers jours qui arrivent et à ce moment, cette hausse éventuelle, si elle devait arriver, se répercuterait sur le prix du gazole et du carburant le mois prochain, c'est-à-dire en avril.

Patrick Plantard, président des Observatoires des Prix des Antilles et de la Guyane

La donne pourrait rapidement changer. L'on pourrait même craindre comme cela se passe déjà en France hexagonale que le prix du sans-plomb dépasse le seuil de 2€ le litre. 

Le prix du pétrole est le fruit de l'offre et de la demande au niveau mondial, donc chaque producteur au niveau du monde arrête son prix en fonction du prix du marché. L'Ukraine ne produit pas de pétrole a priori, mais la Russie en revanche en produit. C'est un gros producteur donc l'on peut estimer que le prix du pétrole augmentera si la Russie prend des mesures contre les États européens ou occidentaux en général. Dépasser les 2€ est une possibilité qui existe. Mais nous pouvons aussi envisager que le prix du brut baisse suite à la baisse de l'activité économique. Mais nous n'avons aucune certitude pour l'instant.

D’autres produits et services pourraient aussi voir leurs tarifs flamber à très courte échéance.

Il y a un certain nombre de matières premières, notamment l'aluminium et l'acier également, pour lesquelles l'Ukraine est productrice. Donc il faut s'attendre à des hausses pour les constructions notamment. Il faut également s'attendre à des hausses sur un certain nombre de produits agricoles ou de l'agrotransformation puisque comme on le sait, l'Ukraine est un très gros exportateur de blé. Augmentation à prévoir de prix périphériques comme les frets maritimes. Il faut s'attendre à des perturbations importantes. En général, les répercussions sont très rapides puisque ce sont beaucoup de marchés sur lesquels il y a de la spéculation et donc les marchés réagissent. Les marchés sont très irrationnels. À partir du moment où il y a des incertitudes, il peut y avoir des perturbations très importantes et qui ne correspondent à aucune réalité physique.

Jean-Yves Bonnaire, président du Syndicat des Entrepreneurs en BTP de Martinique et observateur attentif de l’économie

Le conflit qui a débuté le jeudi 24 février 2022 avec des bombardements et une invasion russe en territoire ukrainien se poursuit. Ce mardi 1er mars 2022, Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine, a été visée par plusieurs tirs de missiles russes.