Vaccination anti-Covid: campagne de proximité sur l'ensemble du territoire martiniquais

coronavirus
Vaccin Covid
©Ameli

Sur le front du Covid en Martinique, les chiffres sont plutôt bons depuis plusieurs semaines déjà. Les autorités sanitaires s’en réjouissent mais appellent à la vigilance tout de même. La semaine du 14 au 20 juin 2021, nouvelle phase de vaccination en proximité et, dès l’âge de 12 ans.

La baisse significative observée depuis plus d’un mois quant au nombre de cas Covid positifs se poursuit sur le territoire. La circulation virale est faible mais les autorités appellent à la vigilance pour éviter une 4e vague.

Vendredi 11 juin, la barre des 50.000 premières doses de vaccins anti-Covid a été dépassée. Pour l’heure, en schéma complet de vaccination (deux doses prises), on ne dénombre pas moins de 87 480 injections. Si les chiffres augmentent sensiblement, on est loin de l’immunité collective recherchée puisque 17% de la population martiniquaise a pris le vaccin.

Vaccination anti-Covid : dispositif élargi

 

A partir du lundi 14 juin, une nouvelle phase de vaccination débute avec une campagne de proximité. Il sera possible de se faire vacciner dans les cabinets médicaux, chez les pharmaciens mais également par les infirmiers libéraux.

Vaccin Covid
L'ARS en partenariat avec l'URML et l'URPS espère une adhésion de la population pour la vaccination. ©K. Sivatte

Et dans cette nouvelle phase, les tranches de population sont élargies puisque le vaccin sera accessible dès l'âge de 12 ans.

Ce dispositif permet aux professionnels libéraux, les médecins, les infirmiers, les pharmaciens et les sages-femmes de pouvoir vacciner avec le vaccin qui permet de vacciner l’ensemble des tranches de la population, le vaccin Pfizer. Il y a eu la mise en place d’un process logistique pour livrer les professionnels sur l’ensemble du territoire.

Olivier Coudin, directeur général adjoint de l’ARS

 

Les autorités sanitaires espèrent que les martiniquais maintiendront les efforts pour éviter une 4e vague et rappellent l’importance de se faire vacciner. Le dispositif de proximité pourrait être un atout dans la stratégie vaccinale

L’adaptation et « l’aller vers » avec tout le territoire couvert puisque les professionnels de santé libéraux sont partout, les infirmiers ou encore les pharmaciens pourront vacciner. Et on espère pouvoir convaincre les vaccino-sceptiques. On espère qu’avec des liens de proximité, on pourra vacciner davantage de personnes dès 12 ans…Les vaccino-sceptiques, faut d’abord commencer par les parents, c’était un frein énorme de ne pouvoir se faire vacciner qu’à partir de 55 ans. Là on est dans une autre démarche et les professionnels libéraux ont un contact particulier, une confiance avec leur patientèle et j’espère que la population adhérera à cette vaccination de proximité.

Dr Anne Criquet-Hayot, présidente de l’Union régionale des médecins libéraux de Martinique

 

Proximité et confiance pour aller vers la patientèle

Du côté des infirmiers libéraux, cette phase opérationnelle est bien accueillie.

Pour les infirmiers libéraux, on se disait que nous étions des oubliés de la vaccination et aujourd’hui, c’est une nouvelle phase pour les patients et pour nous. Tous les jours nous avons des questions et la proximité devrait permettre de répondre à la demande… Je sais que nous serons très sollicités car nous sommes partout, les gens se disent favorables au vaccin après avoir observé et pris le temps de se renseigner.

Gilberte Ruster, présidente de l’URPS Union Régionale des Professionnels de Santé Infirmiers de Martinique

7 centres de vaccination sont opérationnels mais des centres éphémères permettent également de cibler des lieux pour accueillir la population. Le partenariat entre les autorités et les professionnels libéraux marque une nouvelle étape dans la lutte contre la circulation virale avec l’espoir que ce lyannaj ait une traduction dans les chiffres au plus tôt.