publicité

Venezuela: les étrangers commencent à fuir eux aussi

Un avion militaire chilien a procédé hier (mardi 27 novembre) au rapatriement à Santiago du Chili d’une centaine de Chiliens vivant au Venezuela. D’autres retours sont annoncés.

Le président Chilien Sebastian Pinera à l'accueil des Chiliens de retour du Venezuela © AFP
© AFP Le président Chilien Sebastian Pinera à l'accueil des Chiliens de retour du Venezuela
  • Par Maurice Nagou
  • Publié le
Alors que le Chili renvoie chez eux méthodiquement les immigrés haïtiens (pont aérien hebdomadaire entre Santiago et Port-au-Prince), le président chilien Sébastien Pinera fait rapatrier ses compatriotes établis au Venezuela.
C’est le même avion militaire qui venait de déposer 179 personnes en Haïti qui, au retour, a fait un détour par le Venezuela pour y embarquer 99 Chiliens. Il s'agit parfois de Chiliens vivant au Venezuela depuis 40 ou 50 ans. Ils ne supportaient plus les conditions de vie devenues trop difficiles dans ce pays : manque de nourriture et de médicament, insécurité, violence.

Accueil officiel


"On dit que partir c’est mourir un peu, alors revenir c’est ressusciter", a déclaré le président chilien Sebastián Piñera venu accueillir en grande pompe ses compatriotes à leur descente d’avion. "Vous venez d'un pays qui connaît beaucoup de problèmes, et je veux vous demander, à vous qui avez vécu cela, de nous aider à prendre soin de notre pays, de l'amitié civique, du respect et de la démocratie”, a ajouté le président.
 

Aide au retour


Les rapatriés vont obtenir une aide du gouvernement chilien pour trouver du travail, un logement et pour accéder aux soins. Le président Piñera a également promis d'aider au retour des autres membres des familles restés au Venezuela.

Déjà, une autre centaine de Chiliens vivant au Venezuela  inscrits au programme d'assistance à l’étranger attendent la date d’un deuxième vol de rapatriement.
Ce programme est en vigueur depuis 2015 et a déjà concerné plus de 300 Chiliens vivant dans différents pays.
Cette mesure fait partie de la politique de migration adoptée par le président avant l'arrivée massive de migrants au Chili, qui dépassait le million selon les données officielles.
 

Les Vénézuéliens mieux accueillis


Le gouvernement chilien a mis en place pour les 180 000 Vénézuéliens présents au Chili - un "visa de responsabilité démocratique" facilitant leur insertion professionnelle. À l'inverse, il a imposé un visa de tourisme aux Haïtiens, ce qui a pratiquement stoppé leur entrée dans le pays ces derniers mois.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play